07.04.2013 à 00:20

footFC Barcelone: Abidal rejoue, près d'un an après sa greffe du foie

MADRID, 06 avr 2013 (AFP) - Le défenseur français du FC Barcelone, Eric Abidal, a rejoué en match officiel, entrant samedi en Championnat d'Espagne contre Majorque, près d'un an après sa greffe du foie pratiquée pour soigner un cancer.

Transplanté le 10 avril 2012 du foie à l'hôpital Clinic de Barcelone, Abidal a ainsi retrouvé à 33 ans le haut niveau, alors que son dernier match officiel remontait au 26 février 2012, un France-Allemagne en amical. Abidal, qui a toujours été soutenu par son club depuis le début de sa maladie, a été salué par un tonnerre d'applaudissements et une ovation debout lorsqu'il est entré en jeu à la 70e minute, remplaçant le défenseur central Gerard Piqué. A l'issue du match, l'ancien Lyonnais est apparu devant les caméras de Canal Espagne avec un tee-shirt portant l'inscription: "Merci mon cousin". C'est en effet un cousin d'Abidal qui lui avait donné une partie de son foie -- en tant que donneur vivant -- pour permettre à l'international d'être opéré en avril 2012. "C'est un moment spécial pour moi. Je remercie avant tout mon cousin sans qui je ne serais pas là aujourd'hui", a expliqué Abidal à l'issue du match. "Il se peut que je sois un exemple pour ceux qui luttent comme j'ai lutté, mais c'est sans le vouloir. Mais si je peux aider ces gens, je le ferai sans hésiter", a encore affirmé le Français. De son côté, le directeur sportif du Barça, Zubizarreta, a lui aussi salué le retour d'Abidal en compétition comme une "grande nouvelle". "Il y a quelques mois, cela semblait impossible. On ne pouvait que le regarder, lui qui disait que c'était possible (...) Au final, le mérite est sien, en marge des aides de son cousin, des médecins, de son entourage qu'il a reçues. Cette volonté, ce désir de revenir l'ont porté", a déclaré "Zubi". "Abi" contre le PSG ? Le Tricolore aux 61 sélections a ainsi à son tour signé l'exploit de revenir au plus haut niveau après une greffe, ce que n'ont réalisé que peu de sportifs. En rugby, l'international néo-zéolandais Jonah Lomu avait, lui, repris son sport au niveau professionnel après la transplantation d'un rein. "Abi", comme l'appellent ses coéquipiers, est par ailleurs revenu en un temps-record, déjouant certains pronostics qui disaient sa carrière déjà achevée. Alors qu'il s'entraînait déjà depuis décembre avec ses coéquipiers, l'ancien Lyonnais avait cependant toujours insisté sur sa volonté de revenir progressivement, déclarant ne pas vouloir prendre de risques inconsidérés. Il s'agit en fait du deuxième come back dans la carrière du Français, qui était déjà revenu une première fois en 2011 après une première opération du foie. Il avait toutefois rechuté quelques mois plus tard. Son retour a d'autant plus d'écho au Barça qu'il concorde avec celui de l'entraîneur catalan Tito Vilanova, qui a, lui, retrouvé samedi le banc du Camp Nou, après avoir été traité pendant deux mois à New York d'une rechute d'un cancer d'une glande salivaire. La question est maintenant de savoir si Abidal pourrait aussi refaire son apparition mercredi contre le Paris SG au Camp Nou en Ligue des champions (2-2 à l'aller), compétition pour laquelle il est qualifié. Avec les forfaits longue durée de Mascherano et Puyol, auxquels il faut ajouter l'état convalescent d'Adriano, les Catalans sont en effet à court de défenseurs centraux. Le Français semble toutefois encore juste pour jouer d'entrée de jeu aux côtés de Piqué et il est plus probable qu'il servira d'appoint derrière le jeune Bartra, qui tient la corde. En 2011, Abidal avait déjà signé un premier retour, évoluant même comme titulaire pour la finale de la C1 contre Manchester United (3-1) remportée par les Catalans. Symboliquement, pour fêter ce retour, Puyol lui avait d'ailleurs donné le brassard et l'honneur de soulever le trophée en premier, à Wembley. Tout Barcelone rêve cette année d'un scénario identique, puisque la finale de la C1 2013 se disputera dans le même écrin londonien. cle/chc Abidal: "es un momento especial para mi" "Gracias a mi primo. Sin el no estaria aqui hoy. "Puede que sea un ejemplo para la gente que lucha, pero es sin querer. Pero si puedo aconsejar esta gente que lucha, lo haré sin duda" Zubizarreta: "Hace unos meses, parecia imposible. Solo se le podia mirar a los ojos a el que decia que era posible. Hay que dar las gracias a su primo, a los medicos que le atendieron. Pero al final el merito es suyo, el ha tenido esa voluntad, ese deseo, el querer estar aqui otra vez"

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!