16.03.2019 à 18:02

Tennis«Fedal», un 39e épisode et bientôt la fin?

Roger Federer et Rafael Nadal vont s'affronter à Indian Wells pour la première fois depuis octobre 2017.

von
afp/jsa
Rafael Nadal et Roger Federer lors de la Laver Cup.

Rafael Nadal et Roger Federer lors de la Laver Cup.

Keystone

C'est l'une des rivalités les plus marquantes du tennis moderne qui vit peut-être l'un de ses derniers épisodes: Roger Federer et Rafael Nadal vont se retrouver pour la 39e fois, samedi soir, vers 21h en Suisse, en demi-finales du Masters 1000 d'Indian Wells, si le genou de l'Espagnol tient bon.

Il aura fallu attendre 18 mois pour que le «Maître» et le «Matador» se retrouvent en même temps sur le même court. Depuis octobre 2017, ils s'étaient évités, non pas volontairement, mais à cause des contre-performances, calendriers et blessures de l'un et/ou de l'autre.

Leur duel à Indian Wells est «LA» finale avant la finale, le match le plus attendu de la quinzaine californienne, sans faire injure au Canadien Milos Raonic ni à l'Autrichien Dominic Thiem qui les précéderont pour la première demi-finale sur le Stadium 1 à partir de 19 heures (heure suisse).

«Nous sommes très différents»

Quinze ans après leur premier affrontement, à Miami en 2004 pour un match de 3e tour remporté 6-3 6-3 par Nadal, les deux joueurs sont liés à jamais par des affrontements parfois homériques, même si leur style de jeu et leur personnalité sont aux antipodes.

«Nous sommes très différents, mais on a trouvé chacun notre mode de fonctionnement pour réussir au plus haut-niveau», a expliqué Roger Federer. «Lui venait de la terre battue, moi j'excellais sur le gazon et on a tous les deux réussi à s'imposer sur les autres surfaces», a rappelé le Bâlois. A eux deux, ils ont passé 506 semaines en tête du classement mondial, quasiment dix ans, et ont remporté 37 titres du Grand Chelem!

«C'est toujours un match spécial, si tu dis le contraire, c'est que tu ne connais pas l'histoire de notre sport», a avancé le Majorquin, qui mène largement au bilan de leurs confrontations (25-13), même s'il reste sur cinq défaites de suite. «En même temps, c'est juste un match de tennis de plus et le but est toujours le même: bien jouer et gagner», a balayé le roi incontesté de la terre battue.

«Un sacré parcours avec Rafa»

Les deux joueurs ne sont pas des amis proches, mais ils ont un énorme respect l'un pour l'autre et partagent une complicité qu'ils n'ont pas (plus?) l'un et l'autre avec le No 1 mondial, Novak Djokovic. Cela a été illustré la semaine dernière par les tensions déclenchées par le prochain départ du patron de l'ATP, Chris Kermode, voulu par le Serbe en sa qualité de président du conseil des joueurs.

«Notre rivalité est belle sur le terrain et on a fait plein de choses ensemble pour la promotion de notre sport, pour le fonctionnement du circuit ou pour nos associations caritatives», a rappelé Federer. «Ça a été un sacré parcours aux côtés de Rafa», a souri le Suisse, qui est devenu début mars à Dubaï le deuxième joueur dans l'histoire du circuit ATP à atteindre les 100 titres.

S'il n'a pas fixé son départ à la retraite, Roger Federer, 37 ans, s'en rapproche. Pas sûr cependant qu'ils se retrouvent encore souvent face à Nadal dans les mois à venir. «RF» va faire son retour sur terre battue ce printemps et Nadal est moins souverain sur gazon. Il faudra vraisemblablement attendre la tournée américaine ou le Masters de Londres pour qu'ils puissent s'affronter à nouveau.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!