Tennis: FedCup: un superbe défi pour les Suissesses

Actualisé

TennisFedCup: un superbe défi pour les Suissesses

Les protégées du capitaine Heinz Günthardt affrontent ce week-end l'Allemagne à Leipzig.

1 / 19
De gauche à droite, Martina Hingis, Timea Bacsinszky, Heinz Guenthardt et Viktorija Golubic en conférence de presse à Lucerne (Jeudi 14 avril 2016).

De gauche à droite, Martina Hingis, Timea Bacsinszky, Heinz Guenthardt et Viktorija Golubic en conférence de presse à Lucerne (Jeudi 14 avril 2016).

Keystone
Belinda Bencic et Martina Hingis ont offert le point de la qualification à la Suisse face à l'Allemagne (7 février 2016).

Belinda Bencic et Martina Hingis ont offert le point de la qualification à la Suisse face à l'Allemagne (7 février 2016).

Keystone
Belinda Bencic et Martina Hingis ont offert le point de la qualification à la Suisse face à l'Allemagne (7 février 2016).

Belinda Bencic et Martina Hingis ont offert le point de la qualification à la Suisse face à l'Allemagne (7 février 2016).

Keystone

L'équipe de Suisse s'attaque à un superbe défi pour son grand retour dans le groupe mondial I de FedCup. Les protégées du capitaine Heinz Günthardt se frotteront à l'Allemagne de la toute fraîche lauréate de l'Open d'Australie, Angelique Kerber (WTA 2), samedi et dimanche à Leipzig.

L'Allemagne mène 4-1 dans le face-à-face entre les deux nations. Elle était venue s'imposer 3-2 à la Saalsporthalle de Zurich en février 2009, au 1er tour du groupe mondial II, pour le dernier affrontement en date. Déjà présente au sein de l'équipe de Suisse, Timea Bacsinszky (WTA 15) avait perdu ses deux simples, alors que Patty Schnyder avait gagné ses deux simples; la décision s'était faite dans un double perdu par la paire Schnyder/Stefanie Vögele face au duo Anna-Lena Grönefeld/Tatjana Malek.

Une situation similaire

Timea Bacsinszky n'avait pas abordé cette rencontre dans les meilleures dispositions, elle qui renouait alors avec la compétition après avoir été privée de tennis pendant trois mois en raison d'une blessure à un genou. Sept ans plus tard, elle se retrouve dans une situation similaire après avoir subi une déchirure partielle du ligament latéral interne du genou gauche en octobre. Mais les quatre matches disputés lors de la tournée australienne (un succès, trois défaites) ainsi que le travail effectué après son retour de Melbourne lui permettent d'afficher un certain optimisme.

La Vaudoise aime qui plus est tout particulièrement une compétition qui constitue son premier grand objectif de la saison. Elle est restée invaincue en cinq matches joués l'an dernier en FedCup, apportant notamment les trois points de la victoire obtenue en Pologne en avril en barrage. Le no 1 helvétique Belinda Bencic (WTA 11) n'est pas en reste, même si elle avait fait l'impasse sur le rendez-vous polonais pour privilégier sa carrière individuelle: son bilan en simple est de 4-1 depuis ses débuts en 2012 à Fribourg face à l'Australie.

Un doute et deux forfaits

L'équipe de Suisse fait figure d'outsider à Leipzig, où Andrea Petkovic (WTA 23) devrait être titularisée en simple en compagnie d'Angelique Kerber. Ex no 9 mondial, Andrea Petkovic est elle aussi particulièrement à l'aise en FedCup. Son bilan est de 11 succès pour 4 défaites en simple. L'an dernier, elle était allée au bout d'elle-même en quart de finale face à l'Australie, s'imposant 12-10 au troisième set face à Samantha Stosur et 8-6 dans la troisième manche face à Jarmila Gajdosova! Et elle se dit «inspirée» par l'exploit australien de sa compatriote.

La capitaine Barbara Rittner rêve d'offrir à son pays un troisième titre en FedCup après ceux de 1987 et 1992. Le coup n'était pas passé loin tant en 2014 (défaite en finale face aux Tchèques) qu'en 2015 (élimination en demi-finale face à la Russie). L'Allemagne peut à nouveau y croire en 2016, d'autant plus avec une championne de Grand Chelem dans ses rangs.

Mais les forfaits sur blessure de Sabine Lisicki (WTA 32) et Julia Görges (WTA 53), qui sont capables de s'illustrer tant en simple qu'en double, changent quelque peu la donne avant ce 1er tour. Et Angelique Kerber, même si elle évolue sur un nuage, finira peut-être pas subir le contrecoup du marathon médiatique ayant suivi son sacre de Melbourne. Stan Wawrinka avait ainsi connu toutes les peines du monde à se défaire du modeste Serbe Dusan Lajovic à Novi Sad au 1er tour de la Coupe Davis 2014, cinq jours après son titre conquis à l'Open d'Australie...

Des raisons d'y croire

Heinz Günthardt a donc lui aussi des raisons d'y croire. Les statistiques en attestent d'ailleurs: Timea Bacsinszky n'a pas affronté Angelique Kerber ou Andrea Petkovic depuis plus de six ans, mais mène 1-0 dans son face-à-face avec les deux Allemandes. Belinda Bencic, qui ne s'est jamais mesurée à Andrea Petkovic, a quant à elle remporté les deux duels livrés face à Angelique Kerber. Sur une surface dure similaire à celle utilisée dans la «Leipziger Messe».

Le capitaine suisse peut en outre compter sur une joueuse en pleine confiance en la personne de Martina Hingis (35 ans), victorieuse à Melbourne d'un troisième titre du Grand Chelem consécutif en double au côté de Sania Mirza et no 1 mondial dans la spécialité. La St-Galloise a une ardoise à effacer en FedCup: elle avait manqué son affaire pour son grand retour dans la compétition en avril dernier en Pologne, où elle n'avait pas pu disputer un double pourtant décisif après avoir perdu ses deux simples.

L'histoire ne se répétera pas. Heinz Günthardt n'aura pas besoin d'aligner Martina Hingis en simple à Leipzig. Le Zurichois, qui fêtera ses 57 ans lundi, compte sur elle pour le double. Un double qui pourrait bien être décisif dimanche et qui pourrait permettre à Martina Hingis de prendre une autre revanche: elle n'a plus disputé de double en FedCup depuis la lourde défaite (6-0 6-2) subie en finale de l'édition 1998 en compagnie de Patty Schnyder face aux Espagnoles Conchita Martinez et Arantxa Sanchez Vicario!

(si)

Ton opinion