Publié

TennisFederer: bientôt deux ans sans titre?

Deux ans sans gagner un seul titre du Grand Chelem: c'est l'infortune qui guette peut-être Roger Federer au soir du 29 janvier à Melbourne.

Roger Federer s'entraîne déjà en Australie.

Roger Federer s'entraîne déjà en Australie.

Keystone

Son compteur est bloqué à 16 victoires depuis cette finale gagnée 6-3 6-4 7-6 devant Andy Murray sur la Rod Laver Arena le 31 janvier 2010. Depuis ce sacre, le Bâlois a tour à tour perdu la main devant Rafael Nadal et Novak Djokovic.

Lors des sept derniers tournois majeurs, la malchance - les balles de match lors des deux demi-finales de l'US Open contre Djokovic - et une défaite impardonnable - le quart de finale de Wimbledon de l'an dernier contre Jo-Wilfried Tsonga après avoir mené deux sets à rien - ont plombé son bilan. Mais en concluant sa saison 2011 sur un triplé magnifique - Bâle-Bercy-Masters -, il a lancé un signal clair à l'opposition: à 30 ans passés, il est encore loin d'être hors-jeu.

Deux bémols

Le tableau serait presque idyllique sans deux bémols qu'il convient d'apporter: sa défaite 6-2 6-1 le 30 décembre à Abou Dhabi devant Novak Djokovic et son forfait la semaine suivante pour la demi-finale du tournoi de Doha qui devait l'opposer à Jo-Wilfried Tsonga.

Même si le match aux Emirats n'était qu'une exhibition, on doute que Roger Federer ait laissé volontairement filer une rencontre contre le no 1 mondial qui était au fond de la cale un mois et demi plus tôt au Masters de Londres. Ne perdre que trois jeux contre l'homme en forme du moment a permis au Serbe de lancer son année de manière idéale.

A Doha, c'est le dos qui a lâché. Pour la deuxième fois seulement au cours de sa carrière, Roger Federer devait abandonner un tournoi en cours de route. En 2008 à Bercy, il avait dû jeter l'éponge avant un quart de finale contre James Blake. De retour sur les courts deux semaines plus tard au Masters de Shanghaï, il devait s'incliner d'entrée de jeu devant Gilles Simon.

Un tirage très favorable

Heureusement à Melbourne, son premier adversaire ne sera pas de la valeur du «Mousquetaire». Le sort lui a désigné un qualifié pour tenter de gagner un vingt-et-unième match de rang. Son tirage s'est avéré extrêmement favorable. Il n'est pas pour une fois dans la même partie de tableau que Djokovic. Et un seul joueur semble capable de lui barrer la route avant une demi-finale de rêve contre Nadal: Juan-Martin del Potro (no 11).

L'Argentin est plus redoutable que les autres joueurs têtes de série qui sont appelés théoriquement à le rencontrer: Jürgen Melzer (no 31), Alexandr Dogopolov (no 13) et Mardy Fish (no 8). La défaite qu'il a concédée jeudi à Sydney devant Marcos Baghdatis n'altère pas ce jugement. «Ne pas se qualifier pour les demi-finales serait très décevant» a lâché le Bâlois tôt dans la semaine. La lecture de son tableau l'incitera à ne pas dévier dans son discours.

Une certaine inquiétude

Quart de finaliste l'an dernier - il avait battu Gaël Monfils et Andy Roddick avant de céder devant Roger Federer -, Stanislas Wawrinka (no 21) peut-il à nouveau brouiller les cartes ? Toujours sans coach, le Vaudois croisera la route de deux joueurs, Nicolas Almagro (no 10) et Tomas Berdych (no 7), qui lui réussissent très bien.

Opposé au premier tour au Français Benoît Paire (ATP 92), il aura tout intérêt à évoluer à son meilleur niveau dans un deuxième match qui devrait l'opposer à Marcos Baghdatis (ATP 43). L'impression bien mitigée qu'il a laissée la semaine dernière à Chennai où il avait un titre à défendre - défaite 6-4 6-4 en quart de finale contre le qualifié japonais Go Soeda - peut susciter une certaine inquiétude. Kvitova favorite

Aucune Suissesse n'a été admise directement dans le tableau du simple dames. C'est à Melbourne où l'on ressent le plus le poids de l'absence de Patty Schnyder. Demi-finaliste en 2004, elle a longtemps trouvé en Australie des conditions idéales pour poser son jeu. Aujourd'hui, une autre gauchère rêve de briller à Melbourne Park: Petra Kvitova. Victorieuse l'an dernier de Wimbledon et du Masters, la no 2 mondiale aborde le tournoi avec les faveurs du pronostic.

Puissante, adroite, elle développe un jeu d'attaque qui redonne de belles couleurs au tennis féminin. Ses deux grandes rivales seront Serena Williams (no 12) si elle est remise d'une blessure à la cheville contractée à Brisbane et Na Li (no 5) qui l'a battue à Sydney. Kim Clijsters (no 11), la tenante du titre, part de trop loin pour avoir une réelle chance. Depuis des mois, la Belge est trahie par son physique.

Bohli échoue à nouveau

(si)

Ton opinion