Publié

TennisFederer contre Nadal, l'histoire continue

Les rivaux éternels sont les deux grands favoris de Wimbledon, là où ils ne se sont plus rencontrés depuis leur finale épique de 2008. Il fallait donc revoir «le plus grand match de tous les temps». Au cas où.

par
Mathieu Aeschmann

Certains y verront un clin d’œil de l’histoire. D’autres une ruse des vieux sages du All England Lawn Tennis Club. Pile l’année de leur résurrection commune, la très indigeste formule qui brasse les têtes de séries de Wimbledon a protégé Roger Federer (no 5 promu no 3) et Rafael Nadal (no 2 dégradé no 4) d’une empoignade sans trophée. Si les deux titans de la saison doivent enfin se retrouver sur le gazon de Church Road, ce sera dimanche 16 juillet. Neuf ans et dix jours après le mythe. Ce chef-d’œuvre de 4 h 48 qui a marqué à jamais une époque, l’histoire du jeu et leur rivalité.

Que reste-t-il aujourd’hui de ce monument? Il y a d’abord les souvenirs d’une après-midi sans fin: l’angoisse, la pluie, l’espoir, cet incroyable tie-break du quatrième set qui permet de saisir dans l’instant qu’une page d’histoire s’écrit sous nos yeux. Et puis, il y a tout ce que le temps et nos représentations ont projeté sur cette empoignade. La finale de Wimbledon 2008 a très vite incarné un basculement: la prise de pouvoir de Rafael Nadal, ex-terrien devenu terreur multisurfaces (six semaines plus tard, il deviendra numéro un mondial). Puis le souvenir s’est petit à petit consolidé comme un instant de plénitude: celle d’une rivalité idéale arrivée pile au point de friction de ses antagonismes.

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad.

Votre opinion