30.08.2017 à 18:10

US OpenFederer, des mots pour faire taire les maux

Le Bâlois a témoigné d'une grande sérénité tant dans ses propos d'après-match que dans son attitude.

1 / 36
Rafael Nadal a remporté pour la troisième fois dans sa carrière, après 2010 et 2013, l'US Open (Dimanche 10 septembre 2017).

Rafael Nadal a remporté pour la troisième fois dans sa carrière, après 2010 et 2013, l'US Open (Dimanche 10 septembre 2017).

AFP
Le numéro 1 mondial a battu en finale le Sud-Africain Kevin Anderson 6-3, 6-3, 6-4 (Dimanche 10 septembre 2017).

Le numéro 1 mondial a battu en finale le Sud-Africain Kevin Anderson 6-3, 6-3, 6-4 (Dimanche 10 septembre 2017).

AFP
C'est le 16e titre du Grand Chelem pour Rafael Nadal, son deuxième de l'année après Roland Garros (Dimanche 10 septembre 2017).

C'est le 16e titre du Grand Chelem pour Rafael Nadal, son deuxième de l'année après Roland Garros (Dimanche 10 septembre 2017).

AFP

Passé maître dans l'art de minimiser voire même de dissimuler ses maux, Roger Federer sait parfaitement trouver les mots pour les faire taire. Il a ainsi affiché un optimisme résolu après son succès étriqué (4-6 6-2 6-1 1-6 6-4) obtenu face à l'Américain Frances Tiafoe (ATP 70) mardi soir au 1er tour de l'US Open.

Le Bâlois n'a sans doute pas pleinement rassuré ses supporters. Notamment au cours d'un premier set où il est apparu bien emprunté dans ses déplacements, mais aussi au moment de conclure: il a en effet manqué une balle de match sur son service à 5-3 dans le dernier set, et a profité de la nervosité de son jeune adversaire (20 ans) pour boucler l'affaire sur un ultime break dans le jeu suivant.

Mais Roger Federer s'est dit rassuré: «Ca ira de mieux en mieux chaque jour, j'en suis convaincu. Je ne suis pas vraiment inquiet», a-t-il affirmé devant la presse. «Avec un peu de recul, j'estime me sentir bien, mon dos ne me fait pas souffrir. C'était déjà le cas juste après le match, et j'espère que cela sera également le cas demain (réd: mercredi), à froid», a-t-il glissé.

Une grande sérénité

S'il n'a pas donné toutes les garanties sur le plan tennistique, l'homme aux 19 titres du Grand Chelem a en revanche témoigné d'une grande sérénité tant dans ses propos d'après-match que dans son attitude. Il est d'ailleurs apparu plus détendu au moment d'accorder quelques minutes aux médias helvétiques vers 1 heures du matin que samedi après-midi à l'occasion de sa conférence de presse d'avant-tournoi.

«J'étais stressé et prudent en début du match», a tout de même avoué Roger Federer, qui a concédé un break dès le premier jeu. «J'ai connu quelques problèmes de coordination. J'ai aussi eu des difficultés à estimer les distances, ce qui explique pourquoi je ne suis pas monté souvent au filet», a-t-il poursuivi. «Et j'étais nerveux, et fatigué aussi sans doute, au moment de conclure», a-t-il également reconnu.

«Mais j'ai vite compris que je pouvais jouer de manière relâchée, que je pouvais ne penser qu'au tennis», a encore assuré le quintuple vainqueur de l'US Open (2004-2008). «Je suis d'ailleurs satisfait du niveau de jeu qui fut le mien dans les deuxième et troisième sets. J'ai également su rester positif tout au long du match. Je suis ravi de m'en être sorti en cinq sets malgré une préparation tronquée», a-t-il glissé.

Confiance ou méthode Coué?

Roger Federer a déjà souvent dû composer avec des douleurs au dos dans le passé, comme en 2013 où sa fin de saison avait été gâchée par un problème chronique. Il a même conquis deux titres à Wimbledon (2003 et 2012) après s'être blessé en plein tournoi (les deux fois à l'occasion des 8es de finale). Il sait donc parfaitement à quoi s'en tenir même si, à 36 ans, son corps ne réagit plus de la même façon.

Mais il est bien difficile de savoir si le Bâlois a entamé dans la nuit de mardi à mercredi une partie de poker menteur ou si son succès, acquis au terme d'un cinquième set maîtrisé jusqu'à ce couac connu au moment de conclure sur son service, va servir de détonateur. Autant lui laisser le bénéfice du doute, et le mot de la fin: «Je crois en mes capacités d'aller loin dans ce tournoi, et ce succès va me donner confiance», a-t-il clamé.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!