Publié

TennisFederer en «prime time»

Roger Federer évoluera à nouveau en «Night Session» mercredi soir lors de son quart de finale contre Jo-Wilfried Tsonga agendé à 19h30 (09h30 en Suisse).

Roger Federer a toujours les faveurs des médias.

Roger Federer a toujours les faveurs des médias.

Keystone

Même s’il n’a plus gagné à Melbourne depuis 2010, Roger Federer demeure le joueur le plus «bankable».

Tennis Australia et «Channel 7» ne suivent aucune logique sportive à l’instant d’établir leur programmation. Roger Federer était presque convaincu après sa victoire devant Milos Raonic que la préférence pour cette «Night Session» de mercredi serait donnée à Andy Murray qui a livré ses quatre premiers matches sous la chaleur. Mais le quart de finale de l’Ecossais contre Jérémy Chardy a bien été fixé aux alentours de 14h30 (04h30 en Suisse). La presse britannique s’étrangle. Elle crie au scandale. Roger Federer, s’il se hisse en finale, aura joué, explique-t-elle, six de ses sept matches à Melbourne en «Night Session». «Ce n’est pas fair» entend-on dans la salle de presse. Pas «fair» certainement par rapport à un Andy Murray, mais si prévisible.

Le Bâlois est presque une icône à Melbourne. Les Australiens n’oublient que c’est l’un des leurs, le regretté Peter Carter, qui l’a formé et qu’il fut ensuite l’élève de Tony Roche. Ils sont également touchés par l’énorme respect qu’il témoigne envers leurs anciens champions, Rod Laver, John Newcombe et Ken Rosewall. Une fois que Lleyton Hewitt et Bernard Tomic ne sont plus dans la course, Channel 7 impose une énorme pression pour que Roger Federer joue le soir afin de s’assurer les meilleures audiences.

La seule «entorse» à cette règle est intervenue il y a deux ans avec son quart de finale contre Stanislas Wawrinka programmé l’après-midi. Il semble que Roger Federer avait manifesté sa préférence pour bénéficier de conditions de jeu plus rapides face à un adversaire qui avait survolé ses deux «Night Sessions» contre Gaël Monfils et Andy Roddick. A Melbourne, le revêtement de la Rod Laver Arena n’épouse, en effet, pas les mêmes caractérisques le jour et le soir. La balle fuse plus vite sous le soleil. Wawrinka ne l’avait pas vue ce jour-là pour perdre 6-1 6-3 6-3...

(SI)

Votre opinion