US Open: Federer: «Gasquet est en pleine confiance»
Publié

US OpenFederer: «Gasquet est en pleine confiance»

S'il prend la mesure du Français en quart de finale, le Bâlois pourrait bien retrouver Stan Wawrinka en demi-finale.

1 / 46
Novak Djokovic a remporté son 10e titre en Grand Chelem tandis que Roger Federer reste bloqué à 17 (13 septembre 2015).

Novak Djokovic a remporté son 10e titre en Grand Chelem tandis que Roger Federer reste bloqué à 17 (13 septembre 2015).

Keystone
Novak Djokovic a essuyé les sifflets du public américain, totalement acquis à la cause de Roger Federer (13 septembre 2015).

Novak Djokovic a essuyé les sifflets du public américain, totalement acquis à la cause de Roger Federer (13 septembre 2015).

Keystone
Novak Djokovic savoure sa deuxième victoire en carrière à l'US Open. Le Serbe a dominé Roger Federer en finale (13 septembre 2015).

Novak Djokovic savoure sa deuxième victoire en carrière à l'US Open. Le Serbe a dominé Roger Federer en finale (13 septembre 2015).

Keystone

Roger Federer (no 2) et Stan Wawrinka (no 5) sont à un succès d'un 20e affrontement fratricide en demi-finale de l'US Open. La tâche du Bâlois s'annonce plus aisée que celle du Vaudois mercredi soir en quart de finale: il affrontera Richard Gasquet (no 12), qu'il a battu à 14 reprises en 16 duels.

Le quintuple vainqueur du tournoi (2004, 2008) reste sur six succès -tous acquis sans perdre le moindre set- face à l'esthète français, qui possède sans doute le plus beau revers à une main du Circuit avec celui de Stan Wawrinka. Ses deux défaites ont qui plus est été consommées sur terre battue, en 2011 à Rome et en 2005 à Monte-Carlo pour leur premier duel.

«Un grand match face à Stan»

«Je ne suis pas sûr d'avoir déjà vu Gasquet jouer si bien. A Wimbledon, il avait fait un grand match face à Stan (réd: en quart de finale) et avait bien commencé face à Novak (Djokovic, en demi-finale). Il avait la bonne attitude. Il s'était battu, et il avait su jouer les bons coups aux bons moments», soulignait un Roger Federer comme toujours prudent.

«Il a emmagasiné beaucoup de confiance à Wimbledon. Je m'attends donc à un match bien plus compliqué que lors de nos derniers affrontements», poursuivait le Bâlois, qui a profité de l'abandon du Neuchâtelois d'adoption lors du plus récent, en février à Dubaï, et s'était imposé 6-4 6-2 6-2 lors du précédent en finale de la Coupe Davis à Lille.

Nette supériorité

«Mais je préfère jouer face à quelqu'un comme lui plutôt que face à John Isner», que l'homme aux 17 titres du Grand Chelem a dominé 7-6 (7/0) 7-6 (8/6) 7-5 en 2h39' lundi soir. «Je peux mieux gérer les choses, et tout dépendra de ce qui sortira de ma raquette», nuançait-il tout de même.

Supérieur au service et en coup droit, Roger Federer sait également qu'il devrait logiquement prendre le dessus sur le plan physique. Ce n'est pas pour rien s'il n'a pas perdu le moindre set en quatre matches disputés au meilleur des cinq manches face au Biterrois.

«L'an dernier, j'avais tout de même ressenti une certaine fatigue à la fin de ma demi-finale perdue ici face à Marin Cilic. J'avais beaucoup joué durant l'été. Cela ne devrait pas se reproduire», estimait le Bâlois, qui a retiré cette année l'Open du Canada de son programme estival nord-américain.

«Je dois même me dire que cela ne va pas se reproduire», précisait Roger Federer, qui n'a pas perdu trop d'énergie depuis le début de ce tournoi puisqu'il s'est imposé à chaque fois en trois sets. «Ma préparation était idéale avec ce titre conquis à Cincinnati, et je joue vraiment bien ici. Je crois vraiment en mes chances», confiait-il.

Federer au Masters

Roger Federer est le troisième joueur assuré de participer au Masters de fin de saison après sa qualification pour les quarts de finale de l'US Open. Il rejoint Novak Djokovic et Andy Murray, qui avaient déjà empoché leur billet pour le rendez-vous de Londres (15-22 novembre).

(si)

Votre opinion