Tennis: Federer: «J'aime bien jouer contre des jeunes»
Publié

TennisFederer: «J'aime bien jouer contre des jeunes»

Taylor Fritz a fait long feu: moins de 90 minutes et Federer est déjà en huitième finale. Contre un autre jeune, Stefanos Tsitsipas.

par
Daniel Visentini
Melbourne
Federer, 37 ans, doit lui passer plus de temps à s'échauffer

Federer, 37 ans, doit lui passer plus de temps à s'échauffer

Keystone

Roger Federer, une belle victoire qui doit encore gonfler votre capital confiance avant les huitièmes de finale, non?

Oui, tout s'est bien passé, le service, les sensations. Je me sens très bien. J'ai rapidement pu remporter le premier set et cela m'a sans doute libéré encore plus pour la suite. Parce que je sais qu'il est difficile pour les autres de me battre quand j'ai empoché la première manche. Mais j'ai dû rester concentré, notamment dans le deuxième set. C'est primordial de rester concentré ici.

Surtout contre un jeune joueur contre lequel on ne sait pas toujours à quoi s'attendre?

J'aime bien jouer contre les jeunes joueurs du circuit. Et je crois que je préfère encore les affronter au 3e ou 4e tour qu'au tout début du tournoi. Cela me permet de mieux savoir où me situer et de mieux les connaître aussi. Au premier ou au deuxième tour, ils peuvent vite devenir dangereux. Tu ne sais pas ce qu'ils vont faire sur le court, peut-être parce qu'eux-mêmes ne le savent pas au moment de taper. Mais c'est toujours intéressant de se confronter à cette nouvelle génération, qui a grandi avec les nouveaux cordages et les nouvelles raquettes. C'est pour cela que je me réjouis de jouer contre Tsitsipas, contre qui j'ai déjà joué cette année lors de l'Hopman Cup. Le match avait été sympa (ndlr: victoire le 3 janvier 7-6-7-6 de Federer).

Vous avez joué en début d'après-midi à Melbourne: comment s'adapte-t-on quand on joue aussi, souvent, en nocturne?

On fait avec. À mon âge (rires), il me faut passer plus de temps à l'échauffement quand je joue en début d'après-midi. Quant au fait de jouer le soir, ce n'est pas un souci, j'ai l'habitude. Même si, en réalité, je ne m'entraîne jamais le soir. Il faut être flexible quand on est tennisman. Ce n'est pas comme un sport d'équipe, on ne sait pas quand le coup d'envoi sera donné. Il arrive que cela soit très tard lors d'une «night session», mais il faut se tenir prêt. Il n'y a pas de solution idéale en fait.

Votre opinion