Actualisé

TennisFederer mange de la fondue et boit du champagne

Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, notre héros national se permet parfois des écarts étonnants. Ce qui, de toute évidence, ne lui nuit pas. Au contraire

par
Bertrand Monnard
Roger Federer en 2003 à Gstaad fête son premier titre du Grand Chelem conquis quelques jours plus tôt à Wimbledon.

Roger Federer en 2003 à Gstaad fête son premier titre du Grand Chelem conquis quelques jours plus tôt à Wimbledon.

Keystone

Conseillé par les meilleurs diététiciens, les champions passent souvent pour des ascètes, sacrifiant tous les plaisirs de la vie sur l’autel de leur carrière. Jamais d’alcool, une alimentation sous contrôle, sans compter le reste…

Or, Roger Federer, himself, casse cette image dans une interview parue cette semaine dans l’Equipe. «Bien sûr que quand je suis à la maison, je bois du vin et du champagne, que je mange de la fondue et des desserts.»

«Ça permet de décompresser»

N’est-pas totalement contre indiqué lorsqu’on qu’on joue à son niveau? Médecin du sport à l’hôpital de la Tour à Genève, Souheil Sayeg estime que Federer a parfaitement raison de se laisser aller de temps à autre.

«Même dans la vie d’un champion de son calibre, ça permet de décompresser. En plus, une fondue, on ne le la mange pas tout seul, cela reste toujours un moment convivial. Simplement, il ne faut pas que ces écarts se multiplient. Je ne pense pas que Federer a mangé une fondue la veille de son match contre Nadal, mais peut-être le lendemain.»

Que les fans du maître d’ailleurs se rassurent : Federer sait être discipliné quand il le faut. «L’idée est de manger sainement. J’ai arrêté tous les desserts à un moment donné et de boire trop de conneries. Je sais quand il faut être sérieux.» Et de résumer, en vieux sage qu’il est. «Je suis très professionnel mais plutôt avec un esprit old school»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!