Wimbledon: Federer sans pitié pour Marcus Willis
Publié

WimbledonFederer sans pitié pour Marcus Willis

Le No 3 mondial n'a pas traîné face à la sensation britannique. Trois petits set et moins d'une heure et demi auront suffit.

1 / 55
Andy Murray remporte pour la deuxième fois de sa carrière le tournoi de Wimbledon. Il s'impose devant Milos Raonic, tombeur de Roger Federer, en trois sets : 6-4 7-6 7-6. (10 juillet 2016)

Andy Murray remporte pour la deuxième fois de sa carrière le tournoi de Wimbledon. Il s'impose devant Milos Raonic, tombeur de Roger Federer, en trois sets : 6-4 7-6 7-6. (10 juillet 2016)

Keystone
Deuxième titre en une journée pour Serena Williams ! Après sa victoire en simple, l'Américaine a remporté le double féminin aux côtés de sa sœur Venus en battant la paire Babos-Shvedova 6-3 6-4. (9 juillet 2016)

Deuxième titre en une journée pour Serena Williams ! Après sa victoire en simple, l'Américaine a remporté le double féminin aux côtés de sa sœur Venus en battant la paire Babos-Shvedova 6-3 6-4. (9 juillet 2016)

Keystone
Dans la finale 100% française du double messieurs, la paire Herbert-Mahut s'est imposée devant Benneteau et Roger-Vasselin en trois sets : 6-4 7-6 6-3. (9 juillet 2016)

Dans la finale 100% française du double messieurs, la paire Herbert-Mahut s'est imposée devant Benneteau et Roger-Vasselin en trois sets : 6-4 7-6 6-3. (9 juillet 2016)

Keystone

Roger Federer (no 3) aime les belles histoires comme celle vécue par le «nobody» Marcus Willis. Mais le Bâlois s'est montré sans pitié pour le Britannique, battu 6-0 6-3 6-4 au 2e tour à Wimbledon.

Issue des pré-qualifications et 772e du classement ATP, Marcus Willis (25 ans) a pris un plaisir fou à jouer sur le mythique Centre Court londonien. Souriant et détendu, le gaucher britannique a d'ailleurs réalisé le premier «hot shot» de cette partie longue de 1h24', réussissant dans le troisième jeu un superbe lob gagnant de revers juste après s'être retrouvé à terre à la suite d'une glissade.

Marcus Willis - qui a levé les bras au ciel après avoir marqué son premier jeu pour revenir à 1-1 dans le deuxième set - n'a cependant jamais eu le droit de rêver à un exploit quasi inimaginable. Roger Federer ne lui a laissé aucune ouverture, effaçant avec autorité les deux balles de break auxquelles il a dû faire face (la première dans le troisième jeu du match, la deuxième à 2-3 dans le troisième set) et ne se privant pas de lui infliger un 6-0.

Solide Federer

Le septuple champion de Wimbledon - qui n'avait plus réussi de 6-0 en Grand Chelem depuis l'US Open 2013 - s'est également fait plaisir mercredi, armant 37 coups gagnants pour seulement 14 fautes directes. Il a, surtout, témoigné d'une grande rigueur face à un joueur qui vaut mieux que son classement actuel. Et il a su attendre son heure dans la manche décisive, convertissant la première balle de break qu'il s'est procurée pour mener 5-4 service à suivre.

«Marcus a apporté beaucoup d'énergie sur le court, et ce fut un grand plaisir de l'affronter», a lâché Roger Federer au micro de la BBC. «Je savais que ce match serait différent de tous ceux que j'avais disputés ici. Il a su apprécier ce grand moment, et toute la pression était sur mes épaules. J'ai réussi un bon match, et je me sens bien», a-t-il poursuivi, soulignant que «plus le match avançait, plus j'avais impression d'affronter un membre du top 50.»

Roger Federer ne devrait pas non plus rencontrer de difficulté majeure au 3e tour, même si sa tâche s'annonce tout de même plus délicate. Il affrontera le fantasque Ukrainien Alexandr Dolgopolov (no 30), qui n'a jamais dépassé le stade du 3e tour sur l'herbe de Church Road, ou le Britannique Daniel Evans (ATP 91), qui a gagné à 26 ans moins de 20 matches sur le circuit principal.

(si)

Votre opinion