Ville de Berne: Fedpol dément tout projet d'attentat au Zibelemärit
Publié

Ville de BerneFedpol dément tout projet d'attentat au Zibelemärit

Le célèbre «Zibelemärit» a fait l'objet d'importantes mesures de sécurité lundi. Les autorités craignaient un attentat mais Fedpol a démenti.

par
Pascal Schmuck
Zurich
Le «Zibelemärit» de Berne a fait l'objet des mesures inhabituelles.

Le «Zibelemärit» de Berne a fait l'objet des mesures inhabituelles.

Keystone

Barrières, blocs de béton et présence policière accrue avec des armes automatiques. La traditionnelle foire aux oignons de la ville de Berne, le «Zibelemärit», s'est déroulée lundi dans une ambiance inaccoutumée. Et pour cause, les autorités craignaient un attentat, comme l'explique la Basler Zeitung.

Tout a commencé il y a plusieurs jours lorsqu'un immigrant en situation illégale en Suisse romande a été signalé par le Bundesnachrichtendienst (BND), le service de renseignement allemand. Lors de son interrogatoire, le jeune homme a nommé le «Zibelemärit» comme cible d'un attentat, ce qui a été confirmé par deux sources à la Basler Zeitung.

L'Office fédéral de la police (fedpol) a toutefois démenti. «Nous ne pouvons vraiment pas confirmer les informations parues dans la Basler Zeitung», a expliqué la porte-parole Cathy Maret. Les autorités tant fédérales que cantonales à Berne et dans le canton de Vaud n'ont pas connaissance de menaces concrètes, a ajouté Fedpol. Qui a également rappelé «qu'aucune procédure n'a été lancée».

Pour l'Office fédéral de la police, la menace terroriste reste élevée mais en Suisse elle provient principalement du groupe dénommé Etat islamique. Le danger provenant d'Al-Qaïda n'est pas non plus à négliger. «Le risque provient de personnes radicalisées en Suisse ou de personnes revenant du djihad», a souligné Fedpol.

Pour Berne, tout était normal

Les autorités ont confirmé une partie des mesures de sécurité exceptionnelles mises en place la veille, sans toutefois donner de détails sur les raisons.

A la police cantonale de Berne, le porte-parole Dominik Jäggi a estimé que la foire s'est tenue comme prévu, «avec des mesures de sécurité qui correspondaient à un dispositif développé depuis longtemps». Ce dernier a été planifié selon l'évaluation des autorités fédérales compétentes qui avaient jugé la menace terroriste comme étant élevée depuis un certain temps déjà, a-t-il ajouté.

Le «Zibelemärit» de la ville de Berne

La ville de Berne a donc mis en place des mesures structurelles déjà vues lors de précédentes manifestations. Quant aux informations sur une menace terroriste, Dominik Jäggi a fait référence à des «autorités fédérales compétentes». C'était le BND allemand, qui garde le silence pour le moment, a souligné le journal bâlois.

Votre opinion