28.10.2019 à 12:12

Canton du ValaisFemme condamnée pour avoir harcelé un évêque

Une quadragénaire était obsédée par Alain de Raemy, évêque auxiliaire de Lausanne, Genève et Fribourg, au point de le suivre partout. Elle a été condamnée.

Selon le prélat, la paroissienne envahissante serait repartie dans son pays, en Roumanie.

Selon le prélat, la paroissienne envahissante serait repartie dans son pays, en Roumanie.

Keystone

L'évêque auxiliaire du diocèse de Lausanne, de Genève et de Fribourg a fait appel à la justice pour harcèlement. Une quadragénaire roumaine a été condamnée à trois mois ferme de prison pour avoir harcelé à maintes reprises Alain de Raemy et des membres de sa famille.

L'information révélée lundi par «Le Nouvelliste» a été confirmée par le principal intéressé à Keystone-ATS. L'ordonnance pénale est d'ores et déjà entrée en force.

Parents importunés

L'histoire démarre en janvier dernier lorsque cette ressortissante d'Europe de l'Est tombe amoureuse de l'homme d'église. Depuis cette date, elle trouve le moyen d'être présente à chacune de ses sorties publiques, sur Fribourg ou ailleurs en Suisse et même... au Vatican.

Cette dévotion va rapidement évoluer en harcèlement. Coups de téléphone, messages via internet et même petits mots déposés sur la tombe du père d'Alain de Raemy, à Sion, se succèdent sur un rythme frénétique.

La future condamnée prend même contact avec la mère de l'évêque, âgée de 95 ans, une tante et une cousine de l'homme d'église, tous domiciliés dans le chef-lieu valaisan. Face à ces agissements répétés, le natif de Barcelone décide de déposer plainte.

Dans ses considérants, la justice valaisanne a estimé l'envahissante quadragénaire coupable de contrainte. «Ses agissements doivent être considérés comme du harcèlement et de la persécution obsessionnelle», souligne dans son jugement Olivier Elsig, le premier procureur du Valais central.

Le Tribunal situé à Sion a choisi de condamner l'amoureuse transie à de la prison ferme en regard de ses antécédents. Il s'agit de sa sixième condamnation par la justice suisse pour des motifs divers depuis 2012. Cette dernière n'a pas fait recours.

Retour en Roumanie

Interrogé par «Le Nouvelliste», Alain de Raemy précise: «Je me suis senti obligé de déposer plainte pour épargner d'autres personnes à qui cette femme s'en est déjà prise, engendrant notamment une dépression chez l'une d'elle.»

Selon le prélat, la paroissienne envahissante serait repartie dans son pays. En cas de retour en Suisse, elle serait immédiatement incarcérée afin de purger sa peine.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!