Agriculture: Fenaco conclut un partenariat avec l’institut FiBL

Publié

AgricultureFenaco conclut un partenariat avec l’institut FiBL

La coopérative agricole bernoise Fenaco s’est alliée à l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL). Le but est de commercialiser un produit de substitution au cuivre.

Le partenariat sera axé sur «le développement et la mise en œuvre de solutions innovantes pour une protection durable des plantes».

Le partenariat sera axé sur «le développement et la mise en œuvre de solutions innovantes pour une protection durable des plantes».

Keystone

La coopérative de distribution Fenaco a annoncé mardi la conclusion d’un partenariat stratégique avec l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL). Le premier projet commun vise à commercialiser un produit phytosanitaire de substitution au cuivre à l’horizon 2025.

«Dans un premier temps, la coopération dans la recherche sera axée sur le développement et la mise en œuvre de solutions innovantes pour une protection durable des plantes», indique le groupe bernois dans un communiqué, soulignant la mise en cause de plus en plus fréquente de produits «qui ne sont pas d’origine naturelle».

Dans le cadre de cette collaboration, Fenaco apportera une contribution financière de 150’000 francs par an pour la recherche. «Après des partenariats stratégiques avec l’EPFZ et Agroscope, nous sommes ravis de pouvoir aussi conclure une coopération stratégique dans la recherche avec le FiBL», s’est félicité le président de la direction de Fenaco, Martin Keller.

Alternatives au cuivre

Depuis 2011, le FiBL mène en collaboration avec l’Université de Bâle un programme de recherche pour développer des produits de substitution au cuivre. Les chercheurs ont identifié plusieurs extraits qui pourraient constituer une alternative, dont le plus prometteur a fait l’objet d’une demande de brevet en 2016.

Le partenariat avec Fenaco devrait permettre de lever les obstacles liés à la production, l’autorisation et la distribution de produits phytosanitaires. L’entrée sur le marché d’un substitut au cuivre servant à lutter contre le mildiou dans les vignes ou d’autres maladies des plantes est prévue pour 2025 au plus tôt.

(ATS/NXP)

Ton opinion