Football: Fessé 4-0, Lausanne n’a pas existé à Zurich

Actualisé

FootballFessé 4-0, Lausanne n’a pas existé à Zurich

Sous la pluie du Letzigrund, le club vaudois n’a pas répondu présent. Déjà menés 2-0 après moins d’une demi-heure, les visiteurs ont subi la loi de fringants Zurichois.

par
Nicolas Jacquier
Diaw ne peut qu’observer la joie des Zurichois après le 2-0.

Diaw ne peut qu’observer la joie des Zurichois après le 2-0.

Keystone

Le 3 octobre dernier, Lausanne n’avait fait qu’une bouchée d’un très insignifiant FC Zurich, qu’il avait écrasé 4-0 (buts signés Turkes, Puertas, Boranijasevic et Guessand). Devant 2350 spectateurs encore réunis à la Pontaise, la démonstration que le néo-promu vaudois avait alors infligée aux visiteurs devait coûter sa place à Ludovic Magnin, remplacé par son adjoint, Massimo Rizzo.

Depuis, Zurich a retrouvé des couleurs, présenté une nouvelle cohésion et redressé la barre tant et si bien que son coach intérimaire a vu son bail être prolongé au moins jusqu’à Noël.

Pour Lausanne, le déplacement au Letzigrund s’annonçait d’autant plus périlleux que les visiteurs devaient composer pour la première fois de la saison sans Cameron Puertas, devenu un pion important sur l’échiquier de Giorgio Contini. Quelle solution le coach de la Tuilière allait-il privilégier pour redessiner son milieu de terrain?

Contini audacieux

Plutôt que d’opter pour un choix plus classique (qu’aurait par exemple constitué le recours à Christian Schneuwly, lequel n’était finalement même pas sur le banc), le technicien a fait montre d’une certaine audace en offrant sa première titularisation à Gabriel Barès (20 ans), sorti de Team Vaud et auquel tout le monde prédit déjà un avenir sportif radieux.

Mais, conséquence d’une entrée en matière calamiteuse du LS, le jeune homme n’a guère eu le temps de savourer cette première. Tant le néo-promu n’a rien montré face à des Zurichois beaucoup plus entreprenants, maîtres du jeu autant que du ballon. Lesquels ont tôt fait d’exploiter l’étonnante passivité adverse. L’ouverture du score tombait d’ailleurs suite à une percée d’Omeragic, qu’aucun Lausannois n’a cru bon devoir déranger dans sa montée.

Après un relais avec Marchesano, Domgjoni réussissait là un petit bijou, sous la forme d’une frappe imparable. 1-0 puis trop vite 2-0, suite à un déboulé rageur de Kololli, dont le centre tir était dévié par Diaw sur Tosin qui n’avait plus qu’à pousser le cuir au fond des filets. Le mal était fait, Lausanne venait déjà d’apprendre à ses dépens en quoi Zurich avait changé.

Rien n’allait

Parce que rien n’allait pour une formation totalement dépassée, Contini fit sortir alors un défenseur (Jenz) pour un élément plus offensif (Zekhnini). Et l’on vit enfin un tir lausannois, nettement trop enlevé, le seul d’une première mi-temps indigente pour le néo-promu. Pour trouver un peu d’animation dans les rangs vaudois, on en était réduit à se rabattre sur une altercation entre Kololli et Diaw sur le chemin des vestiaires.

Tout aurait ensuite peut-être pu être différent si la reprise de Geissmann ne s’était pas écrasée sur le poteau droit de Brecher (47e). À défaut d’être métamorphosé, LS parut plus concerné; Diaw évitant aux siens le but du K.-O. (55e, en sauvant devant Kololli), la rencontre devint plus équilibrée.

Mais Brazao, en enlevant trop son essai (72e), ne sut pas exploiter une mauvaise sortie de Brecher. Malgré une timide réaction d’orgueil des visiteurs mal récompensée (89e, sauvetage de Brecher devant Zekhnini), Kololli et Ceesay permettaient à Zurich de fêter dans les arrêts de jeu une douce revanche sur la correction reçue à la Pontaise et d’effacer ainsi de la plus belle des manières la lourde défaite concédée lors du premier tour.

Pour ce cinquième rendez-vous clôturant une double semaine anglaise, Lausanne a semblé manquer d’énergie pour pouvoir prétendre à une autre issue. Dans une semaine pour la réception de Saint-Gall à la Tuilière, il conviendra de répondre présent dès le coup d’envoi.

Zurich - Lausanne 4-0 (2-0)

Letzigrund, huis clos. Arbitre: M. San.

Buts17e Domgjoni 1-0, 28e Tosin 2-0, 90e Kololli 3-0, 91e Ceesay 4-0.

Zurich: Brecher; Omeragic, Sobiech, Nathan, Aliti; Domgjoni, Doumbia; Schönbächler (76e Gnonto), Marchesano (76e Ceesay), Kololli; Tosin (89e Winter). Entraîneur: M. Rizzo.

Lausanne: Diaw; Jenz (36e Zekhnini), E. Monteiro, Loosli (84e Nanizayamo); Kukuruzovic; Boranijasevic, Geissmann (74e Thomas), Barès (46e Brazao), Flo (84e Tsoungui); Guessand, Turkes. Entraîneur: G. Contini.

Notes: Zurich sans Britto, Kremer (blessés), ni Janjicic (malade), Bangura, Rohner, Khelifi, M. Kryeziu, Seiler, Koide (non convoqués). Lausanne sans Falk (blessé), Puertas (suspendu), Gétaz, Lukembila, Da Cunha, Zohouri, Schmidt, C. Schneuwly, Koura, J. Monteiro, Hysenaj, Rapp (non convoqués). 47e: reprise de Geissmann sur le poteau.

Avertissements: 26e Loosli. 55e Geissmann. 80e Boranijasevic (suspendu contre Saint-Gall).

YB reste leader

Young Boys a conservé la tête du classement de Super League, dimanche, après sa victoire 3-2 (3-0) sur la pelouse de Lucerne. Les hommes de Gerardo Seoane ont rapidement pris l’avantage sur un penalty transformé par Nsame (19e) et se sont échappés en huit minutes, grâce à des réussites de Fassnacht (24e) et Garcia (27e).

La deuxième mi-temps a été moins calme pour les Bernois puisque Schulz, sur penalty (53e) et Sorgic (64e) ont ramené leur équipe dans le match. Mais trop tard. YB est donc toujours premier (9 matches/21 points), devant Lugano (8/16) et Zurich (9/14). Les Lucernois sont septièmes (10/9).

Ton opinion

39 commentaires