Finlande – Feu vert pour le réacteur nucléaire franco-allemand
Publié

FinlandeFeu vert pour le réacteur nucléaire franco-allemand

L’autorité finlandaise de sûreté a donné son autorisation pour démarrer en douceur l’EPR de la centrale d’Olkiluoto.

Le réacteur nucléaire EPR OL3 de la centrale nucléaire d’Olkiluoto à Eurajoki est construit par le consortium franco-allemand Areva-Siemens.

Le réacteur nucléaire EPR OL3 de la centrale nucléaire d’Olkiluoto à Eurajoki est construit par le consortium franco-allemand Areva-Siemens.

AFP

L’autorité finlandaise de sûreté a donné son autorisation pour démarrer le réacteur nucléaire EPR d’Olkiluoto 3 construit par le consortium franco-allemand Areva-Siemens, a annoncé jeudi, l’exploitant finlandais de la centrale, qui vise une production commerciale en juin.

Douze ans de retard

Au terme d’un chantier qui accuse près de douze ans de retard sur le calendrier initial, le Stuk a accordé «l’autorisation de procéder à la divergence et effectuer des tests à faible puissance» avec un premier démarrage au cours du mois de décembre, a annoncé le producteur d’électricité TVO, dans un communiqué.

Production régulière en juin

L’exploitant de la centrale d’Olkiluoto, située dans le sud-ouest de la Finlande, table désormais sur une première production d’électricité fin janvier, et une production régulière en juin. «La réaction nucléaire dans le réacteur OL3 va être déclenchée pour la première fois au cours du mois de décembre», précise TVO. Selon le régulateur nucléaire finlandais, les tests menés ces derniers temps «démontrent que le réacteur fonctionne comme prévu», souligne le groupe.

Areva s’est de son côté réjoui dans un communiqué «du franchissement de cette étape clé». Le démarrage, autorisé à faible puissance, se fera par étapes encore soumises à des autorisations du régulateur pour passer à 5%, puis 30%, puis 60% de la capacité de 1.650 mégawatts du réacteur.

Deux EPR en Chine

Olkiluoto-3, qui s’ajoute à une centrale comportant deux réacteurs en opération, est le premier chantier d’un réacteur nucléaire à avoir été commandé en Europe, après la catastrophe de Tchernobyl en 1986. Le fiasco de sa construction, lancée en 2005 et qui devait initialement être terminée en 2009, a entraîné des pertes considérables pour Areva et terni l’image de l’EPR, censé incarner la renaissance du nucléaire. Deux d’entre eux ont déjà été lancés en Chine et un autre est en construction à Flamanville, dans le nord-ouest de la France, là aussi un chantier avec des nombreux retards et problèmes.

(AFP)

Votre opinion

9 commentaires