France: Filière djihadiste: jusqu à 28 ans de prison

Actualisé

FranceFilière djihadiste: jusqu à 28 ans de prison

Des peines de un à 28 ans de prison ont été prononcées jeudi à l'encontre des accusés de la filière dite de Cannes-Torcy.

Dessin représentant Jeremy Bailly, qui a reçu la peine la plus lourde. (Jeudi 22 juin 2017)

La cour d'assises spéciale de Paris a prononcé jeudi deux acquittements et des peines allant de un à 28 ans de prison à l'encontre des accusés de la filière djihadiste dite de Cannes-Torcy. Certains d'entre eux étaient notamment jugés pour un attentat à la grenade.

Le verdict est tombé juste après la rupture du jeûne du ramadan, à l'issue de douze heures de délibéré, dans une salle surchauffée. A l'énoncé des peines, largement inférieures aux réquisitions, les accusés semblaient soulagés. Aucun de ceux ayant comparu libres n'ira en détention.

L'accusation avait demandé des «peines exemplaires», allant jusqu'à la perpétuité et assorties de périodes de sûreté, contre une filière redoutable. Celle-ci rassemblait des «frères» de Cannes (Alpes-Maritimes), sous les ordres de Jérémie Louis-Sidney, un chef violent «bouillant» de sa haine des juifs, et de Torcy (Seine-et-Marne), autour de Jérémy Bailly, le fidèle lieutenant.

En l'absence du chef, tué lors de son interpellation, la peine la plus lourde a été infligée à Jérémy Bailly, jugé coupable d'avoir lancé une grenade dans l'épicerie casher de Sarcelles (Val-d'Oise) le 19 septembre 2012. Miraculeusement, personne n'avait été tué.

Ostracisé par les autres accusés pour avoir dénoncé Bailly, le chauffeur de l'équipée de Sarcelles et benjamin du groupe, a été condamné à 18 ans de réclusion criminelle.

Séjours en Syrie

Des peines de 14 à 20 ans de réclusion ont été prononcées à l'encontre des «Syriens» de la bande. La peine la plus lourde étant infligée à l'un d'eux qui a passé seize mois en Syrie et qui était selon l'accusation «revenu pour commettre un attentat» sur la Côte d'Azur.

Un autre accusé qui n'a passé qu'un mois en Syrie mais est accusé d'avoir «fait des repérages en vue d'une attaque contre des militaires», a été condamné à 18 ans. Le seul étranger du groupe, un Tunisien, a été condamné à 13 ans de réclusion et à une interdiction définitive du territoire français.

Un ancien militaire qui avait gardé des liens avec son frère condamné à 14 ans pour un séjour en Syrie, et un autre accusé, qui avait fréquenté la bande des Cannois, ont été acquittés. La plus petite peine de prison, d'un an, a été prononcée contre celui qui avait conduit deux de ses copains qui partaient vers la Syrie à l'aéroport.

(ats)

Ton opinion