France - Fillettes mortes près de Brest: la mère admet leur avoir ôté la vie
Publié

FranceFillettes mortes près de Brest: la mère admet leur avoir ôté la vie

Les deux enfants, âgées de 4 et 6 ans, retrouvées mortes mercredi à leur domicile en Bretagne, ont été noyées, a annoncé vendredi la justice française.

Le procureur de la République Camille Miansoni a confirmé vendredi que la mère des deux fillettes retrouvées sans vie mercredi près de Brest «a reconnu être à l’origine» de leur mort mais dit souffrir «une amnésie totale sur cet épisode».

Le procureur de la République Camille Miansoni a confirmé vendredi que la mère des deux fillettes retrouvées sans vie mercredi près de Brest «a reconnu être à l’origine» de leur mort mais dit souffrir «une amnésie totale sur cet épisode».

AFP

La mère des deux fillettes retrouvées sans vie mercredi à leur domicile au Relecq-Kerhuon, en Bretagne, «a reconnu être à l’origine» de leur décès, a annoncé vendredi le parquet de Brest, précisant qu’elles étaient «mortes par noyade».

Âgée de 35 ans, la mère, toujours hospitalisée, «a également expliqué avoir cherché à les endormir par des médicaments», précise dans un communiqué le procureur de la République de Brest Camille Miansoni. Ce dernier ajoute qu’en revanche, la meurtrière n’avait pas pu donner des indications précises sur la manière par laquelle elle était parvenue à donner la mort à ses filles, évoquant «une amnésie totale sur cet épisode».

L’autopsie des corps des deux fillettes, de «presque 6 ans et 4 ans», «a conclu à une mort par noyade», indique en outre Camille Miansoni. «Aucune blessure ni trace de violences externes n’ont été découvertes sur les corps», ajoute le magistrat.

La fin de son couple a motivé le passage à l’acte

«Le motif de ce passage à l’acte est la séparation annoncée par son mari», poursuit le magistrat, précisant que la mère avait expliqué avoir voulu disparaître avec ses filles.

«La mère des jeunes victimes est toujours hospitalisée. Toutefois, son état de santé a permis sa première audition ce jour sous le régime de la garde à vue», précise Camille Miansoni. La garde à vue a cependant été levée après quelques heures pour raison médicale, a-t-il précisé.

Des examens réalisés sur la mère ont révélé «une plaie thoracique de 1,5 cm», ainsi que «des lésions compatibles avec l’ingestion de produits caustiques», selon le procureur. Les enquêteurs ont retrouvé dans la salle de bains du domicile familial «une bouteille de produit caustique vide aux trois quarts», précise-t-il.

Pompiers alertés par la grand-mère

Deux courriers ont également été découverts sur place, l’un à l’attention du père des fillettes, l’autre à l’attention de la famille de la mère. Les deux font état d’une séparation annoncée par le mari à son épouse le 14 mai dernier. Entendu, le père a confirmé l’annonce de cette séparation.

Les deux fillettes avaient été retrouvées sans vie mercredi matin, allongées sur un lit. Les pompiers avaient été appelés par la grand-mère paternelle inquiète que personne ne réponde à la porte de ce petit immeuble de cette commune proche de Brest. La mère, «dans un état second», selon Camille Miansoni, s’était effondrée devant eux juste après les avoir conduits dans la chambre où se trouvaient ses filles.

(AFP)

Votre opinion