Actualisé 07.03.2017 à 15:42

Fillon a obtenu un prêt non déclaré

France

Nouveau rebondissement dans l'affaire François Fillon. Le candidat aurait reçu 50'000 euros, sans les annoncer au fisc.

1 / 106
Marine Le Pen a appelé vendredi les électeurs de la gauche radicale à «faire barrage» à son rival centriste Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle en France. (Vendredi 28 avril 2017)

Marine Le Pen a appelé vendredi les électeurs de la gauche radicale à «faire barrage» à son rival centriste Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle en France. (Vendredi 28 avril 2017)

AFP
Marine Le Pen est arrivée mercredi à l'heure du déjeuner devant l'usine Whirlpool à Amiens... (Mercredi 26 avril 2017)

Marine Le Pen est arrivée mercredi à l'heure du déjeuner devant l'usine Whirlpool à Amiens... (Mercredi 26 avril 2017)

Keystone
... au moment même où son adversaire à la présidentielle française Emmanuel Macron s'entretenait en ville avec des délégués syndicaux de l'entreprise. (Mercredi 26 avril 2017)

... au moment même où son adversaire à la présidentielle française Emmanuel Macron s'entretenait en ville avec des délégués syndicaux de l'entreprise. (Mercredi 26 avril 2017)

Keystone

François Fillon, le candidat du parti Les Républicains (droite) à la présidentielle française, aurait obtenu en 2013 d'un homme d'affaires un prêt de 50'000 euros sans intérêts et non déclaré. Le Canard Enchaîné l'affirme dans son édition à paraître mercredi.

M. Fillon «n'a pas jugé utile de faire figurer» ces 50'000 euros sur sa déclaration de patrimoine adressée à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, selon le journal satirique. Cette somme aurait été accordée au candidat de la droite par son ami Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de La Revue des deux mondes, publication pour laquelle Penelope Fillon, sa femme, aurait travaillé.

Il «oublie» de le déclarer

L'avocat de M. Fillon, Me Antonin Lévy, a confirmé sur BFM TV l'existence de ce prêt qu'il a, dit-il, «oublié» de déclarer. «C'est un prêt qui a été intégralement remboursé (...). Il n'y a aucun sujet», a ajouté l'avocat, en précisant que François Fillon en avait «spontanément» parlé aux enquêteurs.

Le 24 février dernier, lorsque le Parquet national financier (PNF) a ouvert une information judiciaire visant François Fillon, il l'a ouverte pour détournements de fonds publics, abus de biens sociaux et recel, trafic d'influence, mais aussi manquement aux obligations déclaratives. D'après le Canard Enchaîné, c'est ce prêt non déclaré qui est visé par ce dernier délit.

Contacté par l'agence de presse Reuters, le PNF s'est refusé à tout commentaire. L'hebdomadaire satirique ajoute encore que les enquêteurs ont entrepris de dresser la liste de tous les clients de la société de conseil de François Fillon, et qu'ils le soupçonnent d'avoir sous-estimé sa demeure dans la Sarthe.

Centristes sollicités

L'objectif majeur de François Fillon vise désormais à reconquérir l'opinion. Après avoir fait la course en tête des sondages depuis sa désignation à la primaire de la droite en novembre, il est donné éliminé au premier tour le 23 avril par la patronne de l'extrême droite Marine Le Pen et le centriste Emmanuel Macron.

Après des semaines de tourmente marquées par des appels insistants à renoncer, François Fillon doit aujourd'hui reconstruire une équipe de campagne laminée par les désertions. Il doit rassembler son camp au-delà de l'unité de façade et faire face aux juges.

Le parti Les Républicains (LR) va notamment reprendre contact avec l'Union des démocrates et indépendants (UDI, centre), qui a récemment retiré son soutien à François Fillon en vue de la présidentielle. «Les discussions vont reprendre à partir d'aujourd'hui» pour parvenir à un accord global, a déclaré mardi sur RTL le président du conseil national des Républicains, Luc Chatel.

Hamon patine

Quant au candidat socialiste Benoît Hamon, il essaie de revenir sur le devant de la scène, et ce malgré un programme qui peine à être audible et les défections dans son camp en faveur de M. Macron. Sa campagne patine et il est bloqué en 4e position dans les enquêtes d'opinion, à une dizaine de points du fondateur d'«En marche !»

L'ancien «frondeur» issu de la primaire du PS ne parvient pas à marquer les esprits sur des thèmes qui se veulent pourtant proches des préoccupations des Français. A sept semaines du premier tour, le 23 avril, le candidat du «futur désirable» publiera vendredi un «Manifeste pour la génération qui vient».

Le Pen en tête des sondages

A dix jours de la fin de la période du recueil des parrainages (17 mars), cinq candidats ont d'ores et déjà recueilli les 500 parrainages d'élus nécessaires. A François Fillon (1789), qui avait déjà ses signatures, s'ajoutent Emmanuel Macron (1074), le socialiste Benoît Hamon (1039), le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan (559) et Nathalie Arthaud, de Lutte ouvrière (557).

Dans les sondages, M. Fillon reste entre 19% et 20% dans les intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle. Marine Le Pen ne devance plus Emmanuel Macron que d'un point, avec 26% contre 25%. Le socialiste Benoît Hamon serait quatrième avec 16%, devant Jean-Luc Mélenchon 10%. Au 2e tour, toujours selon ces sondages, Emmanuel Macron et François Fillon battraient tous deux Marine Le Pen.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!