France: Fillon veut contre-attaquer et «exprimer sa vérité»
Publié

FranceFillon veut contre-attaquer et «exprimer sa vérité»

La candidature de l'ex-premier ministre est fragilisée par les soupçons d'emplois fictifs dont aurait bénéficié sa famille.

François Fillon ce lundi 6 février 2017 alors qu'il quitte son domicile pour son QG de campagne.

François Fillon ce lundi 6 février 2017 alors qu'il quitte son domicile pour son QG de campagne.

AFP

L'ancien Premier ministre a convoqué à 16 heures ce lundi une conférence de presse à son QG de campagne. Interrogé sur la tonalité de la conférence de presse, un des conseillers du candidat a répondu : «Vraie et combative».

«Il parlera aux Français et répondra aux questions des journalistes», a déclaré un membre de son équipe. Selon lui, il s'agit bien d'une «contre-attaque» de l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy : «Il souhaite exprimer sa vérité aux Français.»

«Non, c'est non»

Alain Juppé, finaliste malheureux de la primaire de la droite pour l'élection présidentielle, a répété lundi matin qu'il ne serait pas le «plan B» des Républicains si François Fillon est contraint de jeter l'éponge par le «Penelopegate».

«Aux auteurs de rumeurs infondées, une confirmation : pour moi, NON c'est NON. Je dirai pourquoi. Aujourd'hui écoutons François Fillon, notre candidat», écrit le maire de Bordeaux dans un tweet.

«Je crois à l'esprit bordelais. Une ville fidèle à son esprit girondin, à la tempérance, à la modération. Tout ne vient pas d'en haut», ajoute-t-il.

Une position qu'il a réitérée à son arrivée à la mairie de Bordeaux: «Clairement et définitivement, c'est non!», a-t-il déclaré à des journalistes. «J'ai un peu de mal à comprendre d'où viennent ces rumeurs.»

(ats)

Votre opinion