09.01.2015 à 21:15

Fin de traque sanglante pour les 3 tueurs de Charlie Hebdo

Charlie Hebdo

Les deux frères Kouachi et un proche, qui se sont revendiqués d'Al-Qaïda et du groupe Etat islamique, ainsi que plusieurs otages ont été tués.

1 / 108
De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo» et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts. (Jeudi 5 janvier 2017)

De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo» et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts. (Jeudi 5 janvier 2017)

AFP
Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme». (Samedi 27 août 2016)

Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme». (Samedi 27 août 2016)

AFP
On apprend que les armes d'Amédy Coulibaly, qui lui ont permis d'assassiner 5 personnes, ont été livrées sous surveillance de la gendarmerie de Lille par un de ses indics. (mardi 31 mai 2016)

On apprend que les armes d'Amédy Coulibaly, qui lui ont permis d'assassiner 5 personnes, ont été livrées sous surveillance de la gendarmerie de Lille par un de ses indics. (mardi 31 mai 2016)

AFP

Les frères Kouachi, auteurs présumés de l'attentat contre «Charlie Hebdo», ont été tués vendredi 9 janvier lors de l'assaut donné en fin d'après-midi par les forces de l'ordre à Dammartin-en-Goële, à 40 km au nord-est de Paris, où les deux hommes s'étaient retranchés.

La prise d'otages parallèlement dans un supermarché juif de la Porte de Vincennes, à Paris, se solde par le décès d'au moins quatre otages et d'un terroriste.

Depuis l'attaque contre l'hebdomadaire satirique mercredi, qui a bouleversé le monde entier, le bilan total est de 20 morts, un chiffre sans précédent pour des actes terroristes depuis au moins un demi-siècle.

Retrouvez ici notre couverture minute par minute du dénouement tragique des prises d’otages à Paris

A lire aussi: 53 heures d'horreur: de l'attentat à l'assaut final

Ce dénouement dramatique a suscité une vague d'émotion en France comme à l'étranger. François Hollande a salué dans une allocution «le courage, la bravoure, l'efficacité» des forces de l'ordre .»

La France n'en a pas terminé avec les menaces

Dénonçant la prise d'otages dans un supermarché casher de Paris, menée par un proche des Kouachi, comme »un acte antisémite effroyable«, il a averti que »la France n'en a pas terminé avec les menaces dont elle est la cible« et appelé » à la vigilance, à l'unité et à la mobilisation«.

»Nous faisons face à un défi terroriste sans précédent,« a renchéri le Premier ministre Manuel Valls.

Simonetta Sommaruga marchera dimanche

Le président a annoncé sa participation à une »marche républicaine« prévue dimanche à Paris, à laquelle se sont également annoncés les chefs de gouvernement britannique David Cameron, italien Matteo Renzi, ainsi que le président du Conseil européen Donald Tusk. »Les Etats-Unis sont à vos côtés«, a déclaré Barack Obama. La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga participera aussi à la grande marche.

Après plusieurs heures de confrontation, policiers et gendarmes d'élite ont donné quasi-simultanément l'assaut à Dammartin-en-Goële, à une quarantaine de km de la capitale, où les frères Kouachi étaient retranchés dans une petite imprimerie avec un otage, et dans un supermarché casher de l'est parisien, où un homme lourdement armé lié à un des frères retenait au moins cinq personnes.

Ils tiraient en sortant

Chérif et Saïd Kouachi, 32 et 34 ans, ont été tués lorsqu'ils sont sortis en tirant juste avant 17 heures. L'otage, qui a réussi à se mettre à l'abri, est sorti indemne mais un membre du GIGN a été blessé.

A Paris, Amedy Coulibaly, 32 ans, a été tué et quatre autres corps ont été retrouvés à l'intérieur du magasin »Hyper Cacher«. Certaines victimes avaient été tuées dans une fusillade au début de la prise d'otages. Plusieurs personnes, dont un enfant en bas âge, ont survécu après des heures d'angoisse cachées dans une chambre froide.

Plusieurs otages pris en charge

Déflagrations et flashes de lumière, puis des dizaines de policiers se sont précipités dans le magasin. Plusieurs otages, dont un petit garçon, ont pu sortir et ont rapidement été pris en charge.

»Marchez bien le long du mur«, lance un policier à quelques habitants autorisés à rentrer chez eux après l'assaut.

Amedy Coulibaly, délinquant multirécidiviste déjà condamné dans une affaire d'extrémisme islamiste, avait rencontré Chérif Kouachi en détention, où il s'est radicalisé. Né en région parisienne, il est également soupçonné d'être l'auteur d'une autre fusillade mortelle jeudi matin à Montrouge, près de Paris, tuant une policière municipale et blessant un employé.

Une synchronisation pour les attaques

Dans des appels à BFMTV, Chérif Kouachi a affirmé avoir été envoyé par Al-Qaïda au Yémen et Amedy Coulibaly s'est revendiqué du groupe Etat islamique (EI, actif en Irak et Syrie) et a dit s'être »synchronisé« avec les Kouachi pour les attaques.

Les deux hommes avaient été impliqués en 2010 dans l'enquête sur une tentative d'évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien du GIA algérien, condamné pour l'attentat à la station RER Musée d'Orsay en 1995 à Paris. Kouachi avait bénéficié d'un non-lieu. Coulibaly avait été condamné à cinq ans de prison en décembre 2013, peine qu'il a achevé de purger en mai compte tenu des remises de peine.

Sans nouvelles de la compagne de Coulibaly

Un avis de recherche a été lancé pour la compagne de Coulibaly, Hayat Boumeddiene, 26 ans, dont le sort n'était pas connu vendredi soir.

Les frères Kouachi, Français nés à Paris de parents algériens, étaient traqués depuis leur identification quelques heures après l'attentat contre Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts.

Sur la liste noire américaine

Tous deux étaient inscrits »depuis des années« sur la liste noire américaine du terrorisme, selon une source américaine.

Chérif était bien connu des services français: surnommé Abou Issen, il avait fait partie de la »filière des Buttes-Chaumont« pour envoyer des djihadistes en Irak, où lui-même entendait se rendre en 2005 avant d'être interpellé. Il avait été condamné pour ces faits en 2008 à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis.

Pas de revendication

Selon plusieurs sources françaises et américaine, Saïd s'était rendu au Yémen en 2011 pour s'entraîner avec Al-Qaïda au maniement des armes.

L'attentat contre Charlie Hebdo, régulièrement menacé depuis 2006 et la publication de caricatures de Mahomet, n'a pas été revendiqué. Ses auteurs, qui ont crié »Allah Akbar« et »on a vengé le prophète«, ont été salués comme des »héros« par le groupe djihadiste, Etat islamique.

Vendredi matin, les insurgés islamistes somaliens shebab ont également loué »deux héros«.

Israël a de son côté exprimé son inquiétude devant »l'offensive terroriste« en France.

Une très forte émotion a saisi les Français et le monde après l'attaque dans laquelle ont notamment trouvé la mort certains des caricaturistes les plus connus, notamment Wolinski et Cabu. Quatre personnes grièvement blessées ne sont plus en danger de mort.

Un nouveau numéo de Charlie Hebdo mercredi

Après la journée de deuil national jeudi, marquée par un slogan - »Je suis Charlie« - et une minute de silence qui a figé le pays, dimanche devrait voir une affluence immense aux »marches républicaines« organisées à l'appel des principaux partis et mouvements de tous bords.

Les membres survivants de la rédaction de »Charlie« ont décidé de sortir mercredi un nouveau numéro tiré à un million d'exemplaires. »Ce n'est pas la connerie qui va gagner«, a promis le chroniqueur Patrick Pelloux.

(AFP, ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!