Concours - Finale suisse «Ma thèse en 180 secondes» à un doctorant lausannois
Publié

ConcoursFinale suisse «Ma thèse en 180 secondes» à un doctorant lausannois

En trois minutes chrono, Yohann Thenaisie a convaincu le jury avec sa thèse sur la maladie de Parkinson, il représentera la Suisse lors de la finale internationale en France.

Le concours de jeudi, organisé par l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), s’est déroulé en ligne, en raison des mesures de restrictions dues au coronavirus. (Photo FABRICE COFFRINI / AFP)

Le concours de jeudi, organisé par l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), s’est déroulé en ligne, en raison des mesures de restrictions dues au coronavirus. (Photo FABRICE COFFRINI / AFP)

AFP

Yohann Thenaisie de l’Université de Lausanne a remporté jeudi soir à Lausanne la finale suisse du concours francophone de vulgarisation et d’éloquence «Ma thèse en 180 secondes». Il empoche 1500 francs et représentera la Suisse lors de la finale internationale en France.

La compétition doit avoir lieu le 30 septembre à Paris, a indiqué la Conférence universitaire de Suisse occidentale dans un communiqué diffusé vendredi soir. Le vainqueur suisse sera opposé à des candidats de France, de Belgique, du Québec et de seize pays africains, d’Europe de l’Est et même du Moyen-Orient.

Le concours de jeudi, organisé par l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), s’est déroulé en ligne, en raison des mesures de restrictions dues au coronavirus. Yohann Thenaisie avait trois minutes pour faire découvrir au public l’objet de sa recherche intitulée «Implémentation d’un protocole de stimulation cérébrale profonde adaptatif ciblant les troubles de la marche dans la maladie de Parkinson».

Importé d’Australie

Le doctorant affilié à la faculté de biologie et de médecine de l’UNIL s’est imposé devant Marie-Pierre Meurville de l’Université de Fribourg. La Française, passionnée de fourmis et d’insectes, a présenté sa thèse intitulée «Évolution et contenu du liquide trophallactique chez la fourmi». Elle reçoit 1000 francs.

La troisième place est revenue à Dylan Bovet de l’Université de Lausanne pour son travail sur «La langue poétique des inscriptions latines en distiques élégiaques: rythme, performance, anthropologie». Il empoche 750 francs.

Le prix du public, également doté de 750 francs, a été attribué à Özlem Sevi de l’Université de Genève pour son «Étude phytochimique de plantes du Niger actives contre la maladie de Chagas».

Le concours «Ma thèse en 180 secondes» a eu lieu pour la première fois en Australie à l’université du Queensland, en 2008. Importé au Canada, le concept a été adapté en français pour le Québec par l’association francophone pour le savoir. Il permet à des doctorants et des jeunes chercheurs de présenter en trois minutes seulement leur sujet de recherche en français et en termes simples, à un auditoire profane.

(ATS)

Votre opinion

0 commentaires