Publié

skiFinales - Géant messieurs et slalom dames: déclarations

Méribel (France), 21 mars 2015 (AFP) - Henrik Kristoffersen (NOR, vainqueur du géant): "C'est ma première victoire en géant (en Coupe du monde, ndr).

Les choses vont donc bien. Les skis, les chaussures, tout est parfait en ce moment. Il ne restait qu'à faire le travail. (Les tracés) Ce n'était pas simple avec des parties techniques. Je ne vais pas fêter le succès ce soir, mais aller me coucher tôt. Demain, c'est slalom. Ensuite je vais me rendre à Val Thorens pour tester de nouveaux skis, avant les championnats nationaux. (Le super-G) Pour la vitesse, il y a bien l'adrénaline mais il faut que je prenne quelques kilos (sourire). A ce stade de ma carrière, je vais suivre l'exemple de Marcel Hirscher et me concentrer sur le slalom et le géant. Je ferai éventuellement un peu de super-G, comme lui, si je suis en mesure dans les prochaines années de jouer le classement général. Marcel Hirscher (AUT, 4e du géant, vainqueur théorique du gros globe pour la 4e fois consécutive, un record): "Généralement, ce n'est jamais un problème de battre Kjetil (Jansrud, 11e). D'habitude, je ne ressens pas de pression. Mais avant la seconde manche, j'étais très nerveux et je demandais sans cesse à mon physio où j'en étais (au classement général) par rapport à Kjetil Jansrud. Et plus le temps passait, plus mes jambes tremblaient. Quand je suis arrivé en bas, je ne savais plus si je devais pleurer ou rire. (Quatrième globe) On ne s'habitue pas. C'est plus difficile cette saison qu'en 2012 parce qu'alors j'étais fou et que je pensais pas pouvoir battre Beat Feuz. (Est-ce que j'ai gagné?) Je vais attendre jusqu'à la réunion des chefs d'équipes ce soir et si Kjetil n'est pas au départ, alors je commencerai à y croire. Plus sérieusement, il lui sera difficile de terminer deuxième dans une discipline qu'il ne pratique plus en Coupe du monde (sauf pour le super-combiné, ndr). Je l'ai félicité car il a été remarquable dans le géant. Et il m'a dit: "rendez-vous à demain". Thomas Fanara (FRA, 3e du slalom géant): "C'est top de faire honneur à tout ce public qui est venu nous supporter. Le public, aujourd'hui, c'était le 5e skieur de l'équipe de France. Je suis encore 3e, mais faire un podium à la maison c'est spécial. (Pas trop déçu d'avoir manqué la victoire). C'est sûr, cette fois je bats Ted (l'Américain Ted Ligety, 6e), Marcel (l'Autrichien Marcel Hirscher, 4e) et Pintu (Alexis Pinturault, 8e), mais il y en a deux autres qui me passent devant. Je fais une course solide et ça tournera la saison prochaine. Je suis quand même content que la saison s'arrête, même si je suis sur la lancée de deux podiums. Il y a eu aussi des ratés (éliminé en 1re manche aux Mondiaux de Beaver Creek). Mais je l'avais dit aux Mondiaux, ce n'est qu'en ayant cet état d'esprit, en faisant ce début de course (à l'attaque) que ça paierait plus tard. Et la fin de saison me donne raison en quelque sorte". Mikaela Shiffrin (USA, 1re du slalom et lauréate du globe de la discipline): "C'est merveilleux de remporter mon 3e globe. J'ai déjà connu tant de succès et je suis redevable de chacun de ces moments à tous ceux qui me soutiennent. Demain, je veux gagner en géant. Après mon premier succès dans la discipline (pour l'ouverture de la saison à Sölden, ex-aequo avec l'Autrichienne Anna Fenninger), cela a été plus difficile. Demain, j'aimerais prendre un peu de l'agressivité d'Anna". Victor Muffat-Jeandet (FRA, 5e du géant): "Je suis vraiment content d'avoir réagi de cette façon. La première (manche), je me trompe sur le haut. Je voulais être calme mais dans la neige molle, ce n'était pas ce qu'il fallait. Je profite aussi des bonnes conditions au départ de la seconde. Cette année, ça a été beaucoup de bonnes manches et aussi de moins bonnes. Il y a beaucoup de potentiel mais aussi de points à améliorer pour aller chercher des gars qui sont devant, comme Kristoffersen qui fait deux manches pleines. J'ai attaqué par une 5e place à Sölden et je terminé 5e à la maison. En octobre, j'étais 20e mondial et désormais je suis dans les sept ". Alexis Pinturault (FRA, 8e du géant): "C'était plutôt bien parti, j'étais dans le ton sur le 1er inter (temps intermédiaire), sur le 2e inter. Après, dans le mur, le ski s'est complètement échappé sous moi, qui m'a vraiment poussé à la faute. Je suis même content d'être arrivé en bas car j'ai risqué la sortie. Il y avait quelque chose de mieux à faire. Deuxième place du général, troisième place au général. Maintenant, il faudrait passer l'accélérateur pour aller chercher Marcel (Hirscher), un des plus grands skieurs de l'histoire. Avec ce 4e grand globe, il entre dans la légende. Il reste difficile à battre mais, essayer, c'est ce qui rend la chose plus belle." asc/abl

(AFP)

Votre opinion