Publié

RecentrementFini le «bric-à-brac» en vente à La Poste?

Le géant jaune teste dès avril une offre réduite dans 20 offices, dont sept en Suisse romande. Les articles pour ménage ou voiture disparaîtront, mais papeterie et livres resteront.

par
cht
Les clients pourront toujours se procurer des livres, de la papeterie ou des cartes-cadeaux.

Les clients pourront toujours se procurer des livres, de la papeterie ou des cartes-cadeaux.

Keystone

La Poste pourrait vendre à ses guichets moins d'articles sans réel rapport avec ses activités. Le géant jaune teste dès avril une offre réduite dans 20 offices, dont sept en Suisse romande. Exit provisoirement les jeux et les produits pour le ménage et la voiture.

D'autres articles demeurent en revanche disponibles. Les clients pourront toujours acquérir des prestations administratives, des assurances, et des offres en télécommunications. Ils pourront également se procurer des livres, de la papeterie ou des cartes-cadeaux, détaille jeudi La Poste dans un communiqué.

Assortiment en conséquence

L'ex-régie fédérale tirera ensuite les conclusions de cet essai et remodèlera son assortiment en conséquence. Mais pas question de faire une croix sur les produits tiers: le test doit justement permettre de renforcer leur acceptation auprès des clients et du monde politique.

Ce dernier s'est irrité il y a peu de l'offre «bric-à-brac» des offices postaux. En janvier, la commission des télécommunications du Conseil national a déconseillé, mais de justesse, au plénum de légiférer.

A une voix près, elle a refusé de donner suite à une initiative parlementaire de Rudolf Joder (UDC/BE). La proposition demandait que La Poste se concentre sur son objectif entrepreneurial «au lieu de vendre toujours plus de bric-à-brac».

Puis, en mars, la même commission a appelé à l'unanimité le Conseil fédéral à ramener cette pratique «à un niveau raisonnable». Elle a déposé un postulat en ce sens.

«Décisif» pour le service universel

Le géant jaune tient toutefois aux articles controversés. Il vend depuis 14 ans des produits tiers. Le chiffre d'affaires tiré de cette offre a atteint 508 millions de francs l'an dernier, soit près d'un tiers des recettes de la division des offices postaux et de la vente. Le service universel dépend donc fortement de ces revenus, souligne La Poste.

Le projet pilote a débuté le 7 avril à Genève et à Zurich et s'achèvera à la fin de l'été. Il n'a aucune influence sur les collaborateurs, assure le géant jaune. Les autres bureaux romands participants se trouvent à Gland (VD), Sion, Lausanne, Meyrin (GE) et Porrentruy (JU). La Poste adaptera définitivement son assortiment vers la fin de l'année.

(ats)

Votre opinion