Justice - Firmine Richard: son fils est soupçonné de meurtre
Publié

JusticeFirmine Richard: son fils est soupçonné de meurtre

L’enfant de l’actrice est soupçonné d’avoir porté des coups mortels à l’arme blanche. Il a été placé en garde à vue ce dimanche 11 avril.

Firmine Richard lors des «Lumieres De La Presse Internationale» à Paris, le 4 février 2019.

Firmine Richard lors des «Lumieres De La Presse Internationale» à Paris, le 4 février 2019.

Getty Images

Firmine Richard, qu’on a pu voir dans les séries télévisées «Sam» et «Capitaine Marleau» a passé un week-end mouvementé. Ce dimanche 11 avril, son fils Keneff a été arrêté par la police, soupçonné d’avoir porté une série de coups de couteau mortels lors d’une rixe sur la voie publique. La scène se serait déroulée vers 7 h du matin en Seine-Saint-Denis (F).

D’après les premiers éléments de l’enquête, les policiers ont intercepté une voiture avec à son bord une jeune femme accompagnant un homme gravement blessé au torse. Ce dernier succombera à ses blessures quelques minutes plus tard.

C’est la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, saisie de l’enquête, qui décide de l’interpellation d’un premier suspect dans cette affaire en début d’après-midi. D’après les informations du Parisien, il s’agit de Keneff Richard, le fils de l’actrice de 73 ans. Cette dernière réside avec son fils dans le quartier où se sont déroulés les faits.

Selon le quotidien, l’histoire partirait d’un «différend sur les réseaux sociaux» à la suite duquel la victime serait venue au domicile de Firmine Richard et son fils à 6 h du matin ce dimanche 11 avril. Pour le moment, personne n’est en mesure de dire les motifs de cette agression, mais le fils de l’actrice aurait poursuivi la victime dans la rue et aurait fini par lui asséner une dizaine de coups de couteau avant de prendre la fuite.

Huit condamnations par le passé

L’homme de 39 ans aurait retransmis le meurtre via la plateforme de diffusion en direct, Bigo. Une information que le journal ne peut confirmer bien que plusieurs vidéos circulent sur internet. L’agresseur est bien connu des services de police puisqu’il a fait face à huit condamnations par le passé. Il avait notamment été condamné à un an de prison en 2017 à la suite d’une agression homophobe, comme l’a rapporté le média Sud Ouest à l’époque.

(LeMatin.ch)

Votre opinion