Agression sexuelle: Flavie Flament moins seule face à l'adversité

Publié

Agression sexuelleFlavie Flament moins seule face à l'adversité

Au moins deux femmes disent s'être retrouvées comme elle dans des séances photos qui ont dérapé avec David Hamilton. Le photographe nie les faits reprochés.

par
Catherine Hurschler
Flavie Flament a publié son livre le mois dernier. Elle n'a jamais écrit le nom de son agresseur.

Flavie Flament a publié son livre le mois dernier. Elle n'a jamais écrit le nom de son agresseur.

Lionel Guericolas / VISUAL Press Agency

Le photographe David Hamilton, mis dans la lumière par Thierry Ardisson alors que Flavie Flament n'a jamais cité le nom de son agresseur sexuel dans son livre «La consolation», fait l'objet de nouvelles accusations. Deux femmes ont ouvert leur cœur dans L'Obs, à propos de ce qui se passait durant les séances photos faites avec lui. A l'époque, elles avaient entre 13 et 14 ans. L'une, traumatisée après le deuxième rendez-vous sans la présence de son père, a demandé à ses parents de ne plus jamais y retourner.

La deuxième a continué, car elle ne voulait pas décevoir sa famille, tellement fière de ses débuts de mannequin. Le temps a passé, mais pas au point d'oublier les paroles entendues, comme par exemple: «Tu as de la chance, je t'ai choi­sie, alors que tu n'es pas si belle! Les autres adorent que je le leur fasse.»

Plainte classée en 1997

En 1997, cette femme a tenté sans succès de porter plainte, mais elle a abandonné devant la complexité du système juridique français et les frais que cela allait engendrer. David Hamilton, de son côté, a nié à ce moment-là avoir eu un comportement déplacé. La sortie du livre de l'animatrice a remis en contact les trois femmes, qui se sont alors rappelé s'être croisées au cap d'Agde.

La rédaction de L'Obs évoque également une quatrième femme, qui leur a confié par téléphone avoir été violée dans la maison du photographe, en 1967. Cette semaine, Flavie Flament s'est exprimée sur les deux témoignages publiés: «Plus nous serons nombreuses, plus nous serons fortes. On espère que d'autres témoignages arriveront, et peut-être des plus récents!» Elles se retrouvent toutes les trois face à un mur juridique: les faits évoqués sont tous prescrits.

Ton opinion