Football: Florian Danho: «Ca donne plein d’idées»

Publié

FootballFlorian Danho: «Ca donne plein d’idées»

Longtemps embêté par des blessures, le Français de 22 ans peut enfin donner sa pleine mesure. Et ça fait mal, comme l’ont pu le constater samedi soir les Yverdonnois face au Stade Lausanne Ouchy (5-0, triplé du Toulousain).

par
Robin Carrel
(Lausanne)
Le Français a écrasé la défense nord-vaudoise.

Le Français a écrasé la défense nord-vaudoise.

Pascal Muller/freshfocus

Et un, et deux, et trois buts contre Yverdon. Il aurait même pu en mettre cinq avec un peu plus de chance ou davantage de coopération de l’arbitre. Florian Danho était un cran en-dessus de tout le monde samedi soir à la Pontaise et a montré que, si son physique le laisse enfin tranquille, il peut être une carte maîtresse pour le SLO dans la course à la promotion en Super League. Car c’est bien de ça, désormais, dont on parle sur les hauts de Lausanne…

Racontez-nous ce match... Vous avez fait ce que vous avez voulu!

J'ai tout donné. J'ai joué mon football... L'équipe a fait les efforts qu'il fallait. On a tous joué ensemble. Nous avions une grosse envie de tuer le match le plus vite possible et de marquer des buts. C'est dans notre philosophie de jeu! Voilà, le score en dit long sur notre prestation de la soirée.

Après votre arrivée de France, vous avez passé une année à Nyon. Aujourd'hui, vous gagnez gentiment vos galons de titulaires en Challenge League. L'histoire devient belle.

Surtout qu'avec le club de la Côte, j'avais bien commencé la saison dernière, avant d'enchaîner les blessures. Là, encore au début du nouvel exercice, je n'étais pas prêt. J'ai beaucoup travaillé depuis et je reviens bien. La santé est là et ça me permet de bosser enfin correctement. Ca paye!

Quand vous arrivez à faire parler votre puissance sur le terrain, c'est dur de vous arrêter.

Ca a toujours été la base de mon jeu, mon football. Depuis l'école de foot! Je continue à jouer sur ces qualités.

Comment se passe votre intégration en Suisse depuis un an et demi? Vous aviez connu l'autre côté du Léman à Evian...

Ca se passe très bien! Il faut dire aussi que je suis aidé par le fait qu'il y a de nombreux Français dans l'effectif du Stade Lausanne Ouchy. Franchement, on est un groupe très homogène et ça m'a permis de me fondre dans ce collectif très rapidement.

Quand le deuxième bat le troisième 5-0 à la maison, ça doit donner des idées... D'autant plus qu'il y a un déplacement à Wil, chez le premier, qui se profile à l'horizon.

Honnêtement, ça donne plein d'idées, c'est vrai. Et ça fait super plaisir. Le but, d'abord, c'est de bien terminer l'année 2022. On aura un dernier match dans le canton de St-Gall, et ce sera une finale. Il faudra aller gagner là-bas!

Ton opinion