France - Folle course-poursuite de 90 km avec un chauffard
Publié

FranceFolle course-poursuite de 90 km avec un chauffard

Un trentenaire a pris tous les risques pour échapper aux forces de l’ordre. Il a été interpellé.

Il a fallu l’intervention de nombreux policiers et gendarmes avant d’enfin arrêter le fuyard.

Il a fallu l’intervention de nombreux policiers et gendarmes avant d’enfin arrêter le fuyard.

iStock

Une folle course-poursuite a eu lieu durant la nuit de lundi à mardi sur quelque 90 kilomètres, entre Mantes-la-Jolie (Yvelines) et Rouen (Seine-Maritime). Le fuyard a pris tous les risques pour échapper aux forces de l’ordre, n’hésitant pas à mettre la vie des agents en danger.

Tout a débuté par une tentative de contrôle d’une voiture par des policiers de la brigade anticriminalité de Mantes-la-Jolie. Mais le conducteur a refusé de s’arrêter lorsque l’ordre lui a été donné et il s’est lancé sur l’autoroute A13 en direction de Rouen.

Les gendarmes du peloton de surveillance et d’intervention ont été prévenus et ils ont tenté d’intercepter le fuyard vers Chaufour-lès-Bonnières. Mais le chauffard a de nouveau refusé d’obtempérer et a poursuivi sa fuite à plus de 150 km/h, relate la presse française.

Il fonce sur les gendarmes

Un peu plus loin, arrivé à un péage, il a ralenti, pensant probablement avoir semé les forces de l’ordre. Mais deux gendarmes ont surgi. L’un a ordonné au fuyard de couper le contact tandis que l’autre plaçait une herse devant sa voiture. L’homme a décidé de fuir à nouveau, accélérant brutalement et «fonçant délibérément sur les militaires». Un gendarme a dû plonger sur un côté pour ne pas être percuté.

La course-poursuite a ensuite continué dans les rues de Rouen. Les gendarmes ont fini par réussir à disposer plusieurs véhicules sur le passage du fuyard, qui s’est retrouvé pris en étau. Il a cependant encore foncé sur une voiture de gendarmerie pour tenter de se dégager un passage. Raté, cette fois: les agents ont brisé les vitres de sa voiture et l’ont enfin maîtrisé.

Pourquoi de tels risques?

Ce chauffard de 32 déjà bien connu des services de police a été placé en garde à vue à Rouen. Il a refusé de se soumettre à un dépistage de l’alcoolémie et de stupéfiants, ce qui représente un délit supplémentaire, est-il précisé.

Mais pourquoi a-t-il pris autant de risques? L’homme transportait peut-être des stupéfiants, dont il se serait débarrassé durant sa longue fuite, semblent suspecter les forces de l’ordre. Mais lui-même se montre peu coopératif et très peu bavard.

(R.M.)

Votre opinion