Publié

Etats-UnisForce excessive de la police contre James Blake

Le policier qui avait plaqué au sol l'ancien joueur de tennis à New York le mois dernier a fait usage d'une force excessive, selon une enquête.

James Blake a arrêté la compétition en 2013.

James Blake a arrêté la compétition en 2013.

Keystone

Cette commission indépendante chargée d'étudier certaines plaintes contre la police, a conclu son enquête et fait part de ses conclusions à l'avocat de James Blake, Kevin Marino. Dans son courrier, la CCRB (Civilian Complaint Review Board) précise que la force excessive est «démontrée», recommande une action en interne contre le policier James Frascatore, et évoque la possibilité d'une «procédure administrative».

Mais la décision quant à d'éventuelles sanctions, qui pourraient aller jusqu'à un renvoi, relève du seul chef de la police Bill Bratton, souligne la commission. James Blake, ancien joueur de tennis professionnel de 35 ans, ex numéro 4 mondial, avait été arrêté, plaqué au sol et menotté le 9 septembre devant son hôtel à Manhattan, le policier l'ayant pris pour un autre dans le cadre d'une enquête sur des ventes illégales de téléphones portables.

«Pas justifiée»

Après avoir visionné une vidéo de l'interpellation, M. Bratton avait estimé le lendemain qu'elle n'était «pas justifiée». Il avait ajouté que «l'utilisation de la force dans cette opération était motif d'inquiétude». James Blake s'est félicité dans un communiqué de la «révision rapide et minutieuse de l'incident» par la CCRB et a affirmé son respect complet pour la procédure.

La commission a également conclu qu'un autre policier en civil, qui avait autorisé l'arrestation, Daniel Herzog, avait abusé de son autorité. Ces conclusions ont provoqué la colère de Patrick Lynch, président du syndicat de policiers Patrolmen's Benevolent Association (PBA). Il a accusé la CCRB de détester la police et affirmé que le policier «n'avait pas frappé l'individu ou cherché à lui faire mal d'aucune façon».

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!