Publié

VotationsForfaits: la presse salue le respect du fédéralisme

Après le «non» à l'abolition des forfaits fiscaux dimanche, un système dont plusieurs cantons latins tirent largement profit, les journaux romands louent l'efficacité de la campagne contre l'initiative.

Les journaux saluent un sage respect du fédéralisme suite au rejet dimanche 30 novembre de l'abolition des forfaits fiscaux, même de la part des cantons les moins concernés.

Retrouvez ici > Tous les résultats des votations en un clin d’œil

«Aujourd'hui, le Valais doit dire merci au fédéralisme», comme les autres cantons qui tirent parti du régime des forfaits fiscaux, souligne Le Nouvelliste. Le quotidien valaisan note que «tous les ingrédients étaient pourtant réunis pour se faire du souci»: très peu de cantons concernés, un enjeu vital dans ces cantons pour quelques communes seulement ainsi qu'une «image du riche écornée».

Le journal en profite pour saluer le leadership de l'Union suisse des arts et métiers (USAM) dans la campagne contre l'initiative, en opposition à son rôle moins glorieux dans l'épisode de la Lex Weber. Il se réjouit par ailleurs de «la solidarité entre la plaine et la montagne» valaisannes dans le vote de dimanche, de bon augure pour la votation de mars concernant l'impôt sur les successions.

«Signe rassurant»

A Genève, où pas une seule commune a voté pour l'initiative cantonale, «les citoyens ont compris, surtout en cette période de difficultés budgétaires, les risques importants de ces propositions qui auraient fait trinquer la classe moyenne», analyse la Tribune de Genève.

Le quotidien juge «étonnant» que seul Schaffhouse ait soutenu l'abolition des forfaits fiscaux au niveau national. Pour lui, c'est un «signe rassurant de respect du fédéralisme de la part de cantons comme Zurich ou Bâle, qui ont supprimé le régime des forfaits fiscaux sur leurs terres».

D'après 24 Heures, le refus massif d'abolir le système d'imposition à la dépense pour les résidents étrangers fortunés «s'inscrit dans un souci d'équilibre». Le journal assure que pour la Suisse, l'enjeu majeur reste la réforme de la fiscalité des entreprises. Le peuple a saisi qu'il aurait été «contre-productif» d'ajouter «à cette nécessaire adaptation» la suppression des forfaits fiscaux.

«Durcissement indispensable»

Cependant, le sujet des forfaits fiscaux «n'est pas clos, et la formule en place devra évoluer», ajoute le quotidien vaudois.

Un «durcissement des conditions d'octroi de ces forfaits est indispensable» si les cantons en profitant «tiennent à conserver ces poules aux œufs d'or», renchérissent L'Express/L'Impartial. Les journaux neuchâtelois relèvent qu'une campagne «très agressive» des opposants à l'initiative a réussi à séduire les votants.

Autonomie fiscale

En Suisse alémanique, les journaux analysent aussi les résultats comme une incarnation du fédéralisme et de l'autonomie fiscale des cantons. Ils appellent toutefois à une application plus cohérente des forfaits fiscaux sur tout le territoire.

Pour la Neue Zürcher Zeitung, les citoyens ont choisi de laisser le champ libre aux cantons en matière fiscale en renonçant à faire appliquer une justice fiscale de façade. Le plus important dans ce vote n'est pourtant pas le maintien des forfaits fiscaux, mais bien qu'une mise sous tutelle des cantons ait été évitée.

Le Tages-Anzeiger prend le contre-pied de cette analyse. Pour lui, ce texte lancé par la petite formation «La Gauche» avec le budget de campagne le plus faible a pourtant obtenu le meilleur résultat parmi les trois initiatives dimanche.

Le parti a touché juste auprès d'une population suisse, sensibilisée au fil des ans à ces questions d’iniquité, à chaque annonce de bonus, quand les primes versées n'ont plus de lien avec les prestations fournies. Ou à chaque fois que des impôts très bas ont été évoqués, sans lien avec les salaires encaissés ou la fortune.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!