20.05.2013 à 11:23

AutoFormule 1 - Pneus: la FIA demande des changements liés à la sécurité

La Fédération internationale de l'automobile (FIA), en s'appuyant sur le règlement technique de la Formule 1, a demandé au manufacturier italien Pirelli de limiter au strict nécessaire, "pour raisons de sécurité", les changements qu'il prévoit à partir du GP du Canada (9 juin).

Sous la pression de plusieurs écuries dont Red Bull Racing, triple championne du monde en titre, Pirelli avait annoncé la semaine dernière que ses gommes seraient modifiées à partir du GP du Canada, "pour combiner la durabilité des pneus de 2012 avec le niveau de performance des pneus 2013" et diminuer le nombre d'arrêts au stand pendant un GP. Cette annonce avait suscité une violente réaction de Ferrari et Lotus, dont les monoplaces usent moins leurs pneus que les Red Bull, ce qui leur a permis de remporter trois des cinq premières manches de 2013. "C'est comme si on modifiait la taille des cages de football en cours de saison, parce que certaines équipes n'arrivent pas à cadrer leurs tirs", avait regretté Eric Boullier, le patron de Lotus F1, dans l'émission "Les Spécialistes", mercredi sur Canal Plus. Depuis, Ferrari, Lotus et Force India, qui gèrent mieux leurs pneus que Red Bull en 2013, ont obtenu de la FIA, instance sportive suprême de la F1, qu'elle joue son rôle d'arbitre en limitant les changements qui seront apportés aux gommes italiennes. Aucun changement important, après le 1er septembre de la saison précédente, n'est permis sans l'unanimité des 11 écuries, ce qui est loin d'être le cas sur le sujet très sensible des pneus 2013. Ces changements ne devront donc pas avoir pour conséquence une dégradation moindre des pneus ou un nombre moins élevé d'arrêts au stand, mais seulement éviter qu'un pneu se délamine brutalement, et donc que sa bande de roulement s'arrache tout d'un coup, comme c'est arrivé par exemple à l'Ecossais Paul di Resta lors des essais libres du GP d'Espagne. "C'est une situation dans laquelle on ne peut pas gagner, car si on modifie trop les pneus, on nous dira qu'on a offert le titre à Red Bull", disait Paul Hembery, le directeur de Pirelli Compétition la semaine dernière. Le prochain GP, et donc le dernier disputé avec les pneus actuels, aura lieu à Monaco dimanche prochain, sur le circuit le plus court du calendrier, réputé moins exigeant pour les pneus. dlo/bpa

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!