Hockey sur glace: FR Gottéron vers la piste étrangère
Publié

Hockey sur glaceFR Gottéron vers la piste étrangère

Toujours à la recherche d’un gardien, le club de la BCF Arena n’a toujours pas trouvé son homme. Une chose paraît sûre: il ne sera pas Suisse.

par
Grégory Beaud
Le directeur sportif Christian Dubé est encore dans le flou concernant le poste de gardien à FR Gottéron.

Le directeur sportif Christian Dubé est encore dans le flou concernant le poste de gardien à FR Gottéron.

Keystone

Depuis l’annonce du départ de Reto Berra à Anaheim, Christian Dubé sonde le marché pour lui trouver un remplaçant. Depuis une semaine, le directeur sportif de FR Gottéron fait chauffer son téléphone. Rien de bien concluant pour l’heure sur le marché suisse. «Mais je ne m’inquiète absolument pas, temporise Christian Dubé. Il y a 15 ou 20 candidats crédibles parmi les étrangers.»

Une certitude donc: la sécheresse du marché suisse incite le Québecois à prospecter à l’étranger. «Nous avons forcément cherché en LNA, mais il n’y a rien de bien concluant. Nous voulons vraiment trouver un gardien de tout premier plan.»

La seule option crédible aurait pu mener les Fribourgeois à entrer en négociations avec les Zurich Lions. Avec Lukas Flüeler et Niklas Schlegel, les pensionnaires du Hallenstadion possèdent deux portiers pouvant légitimement briguer un poste de titulaire dans l’élite. Mais la santé fragile du premier nommé incite les dirigeants zurichois à plus de prudence. Sur les trois dernières saisons, Flüeler a manqué 80 matches de championnat.

Cinq étrangers malgré tout

Actuellement, les Dragons possèdent quatre étrangers sous contrat avec Michal Birner, Roman Cervenka, Jonas Holos et Michal Repik. Un choix logique lorsque FR Gottéron pouvait compter sur la présence de Reto Berra devant son filet. L’offre en provenance de NHL a forcément redistribué les cartes. Est-ce à dire que Christian Dubé va jeter un de ses atouts pour faire de la place à un gardien importé? «Non. Nous commencerons la saison avec cinq étrangers, coupe-t-il. Des blessures sont toujours possibles. Cela nous offrira une plus grande marge de manœuvre.»

Le directeur technique fribourgeois ne craint-il pas une mauvaise ambiance dans le vestiaire avec un étranger en tribunes à chaque ronde? «Lorsque nous avons appris le départ de Reto Berra, j’ai parlé avec tout le monde pour leur expliquer la situation dans laquelle nous nous trouvons, détaille-t-il. Les quatre l’acceptent. Tout est plus simple lorsque les choses sont claires.»

Alors que les entraînements sur glace reprennent d’ici moins d’un mois, le temps commence à presser. «Nous avons de bons candidats», promet le technicien.

Votre opinion