Actualisé

ReligionFrançois demande des efforts pour la pacification

Lors de son traditionnel message «Urbi et Orbi», le pape François a lancé un appel à la pacification de l'Ukraine.

1 / 38
Lors de son message Urbi et Orbi, le pape François a appelé à la pacification de l'Ukraine. (20 avril 2014)

Lors de son message Urbi et Orbi, le pape François a appelé à la pacification de l'Ukraine. (20 avril 2014)

AFP
Le pape François a célébré dimanche sur une place Saint-Pierre noire de monde la messe de Pâques. (20 avril 2014)

Le pape François a célébré dimanche sur une place Saint-Pierre noire de monde la messe de Pâques. (20 avril 2014)

Keystone
Le pape François a célébré dimanche sur une place Saint-Pierre noire de monde la messe de Pâques. (20 avril 2014)

Le pape François a célébré dimanche sur une place Saint-Pierre noire de monde la messe de Pâques. (20 avril 2014)

Keystone

Le pape François a demandé dimanche, à l'occasion de Pâques, que des «initiatives de pacification» soient entreprises en Ukraine et dans les autres crises qui déchirent le monde. Il a aussi mis l'accent sur l'exploitation, l'abandon, l'extrême pauvreté et les gaspillages dans le monde.

«Nous t'en prions, Jésus glorieux, fais cesser toute guerre, toute hostilité grande ou petite, ancienne ou récente !», a dit le souverain pontife dans son message pascal «urbi et orbi». Il avait auparavant célébré une messe à laquelle assistaient au moins 150'000 fidèles réunis sur la place Saint-Pierre et aux alentours.

Le pape a consacré la majeure partie de son message aux souffrances du monde. Il a ainsi demandé à Dieu d'aider les chrétiens «à vaincre le fléau de la faim, aggravé par les conflits et par les immenses gaspillages dont nous sommes souvent complices».

Critique du consumérisme

Depuis son élection l'an dernier, le premier pape sud-américain a fait de la défense des pauvres le thème dominant de son pontificat, n'hésitant pas à critiquer régulièrement les pays développés et les excès du capitalisme et du consumérisme.

Il a également regretté les négligences dans les soins dans les pays pauvres. «Fais que nous puissions soigner les frères touchés par l'épidémie d'Ebola en Guinée Conakry, en Sierra Leone et au Liberia, et ceux affectés par tant d'autres maladies, qui se diffusent aussi à cause de l'incurie et de la pauvreté extrême», a-t-il dit.

François a aussi prié pour la protection des personnes «sans défense, surtout les enfants, les femmes et les personnes âgées, parfois transformés en objets d'exploitation et d'abandon». Il a aussi évoqué les déplacés, réfugiés et personnes enlevées.

Appel de l'archevêque de Cantorbéry

Comme en écho, l'archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, a lui aussi évoqué la souffrance des laissés-pour-compte, y compris au Royaume-Uni. «Dans ce pays, même si la situation économique s'améliore, on pleure au sein des familles brisées, chez les gens honteux de dépendre des banques alimentaires ou désespérées par leur dette. Des demandeurs d'asile pleurent leur solitude et l'éloignement de leur famille», a-t-il déclaré.

Le leader spirituel des 80 millions d'Anglicans dans le monde a insisté sur le courage des minorités chrétiennes persécutées dans certains pays. «Leur certitude que Jésus est vivant leur permet d'affronter toutes les horreurs avec joie», a-t-il dit.

Prière pour la paix

Samedi, lors de la veillée pascale au Vatican, le pape François avait lui aussi affirmé que Pâques signifie «puiser une énergie nouvelle à la racine de notre foi». Il avait appelé les catholiques à porter la foi «jusqu'aux confins de la terre».

Dimanche, les deux dignitaires ont également prié pour la paix dans le monde. Justin Welby a mis l'accent sur la souffrance des civils en Syrie, en Ukraine ou au Rwanda.

De son côté, le pape a appelé la communauté internationale à avoir «l'audace de négocier la paix, désormais attendue depuis trop longtemps» en Syrie. Il a appelé à la fin des violences en Irak, au Venezuela, au Soudan du Sud, en République centrafricaine et au Nigeria.

Tensions orthodoxes-catholiques

Rappelant que Pâques était fêté cette année en même temps par les catholiques et les orthodoxes, le pape a appelé Dieu à «éclairer et inspirer des initiatives de pacification en Ukraine, pour que les parties intéressées, soutenues par la communauté internationale, entreprennent tout effort pour empêcher la violence et construire, dans un esprit d'unité et de dialogue, l'avenir du pays».

Alors que la crise ukrainienne a ravivé sur le terrain les tensions entre Eglises orthodoxes et catholiques orientaux rattachés à Rome, le cantique des Stichères, un chant ancien de la liturgie byzantine a été entonné en grec durant la messe de Pâques - frappant symbole de volonté d'unité entre les différentes Eglises.

Samedi, le patriarche orthodoxe de Kiev, Filaret, avait dénoncé «l'agression» commise en Ukraine par l'«ennemi russe», alors que les cloches de la cathédrale Saint-Michel avaient joué l'hymne de l'Ukraine à minuit. A Moscou, le patriarche orthodoxe russe, Kirill, avait pour sa part appelé à prier pour que personne ne puisse «détruire la Sainte Russie» en lui enlevant l'Ukraine.

(ats)

Votre opinion