France: François Hollande ira lundi en Irak
Publié

FranceFrançois Hollande ira lundi en Irak

Le président veut aller «saluer» les soldats français engagés contre l'organisation Etat islamique (EI).

François Hollande a délivré les ultimes voeux de son quinquennat.

François Hollande a délivré les ultimes voeux de son quinquennat.

Keystone

François Hollande a annoncé samedi qu'il se rendrait lundi en Irak pour «saluer» les soldats français engagés contre l'organisation Etat islamique (EI), lors des ultimes voeux télévisés du Nouvel an de son quinquennat.

«Nous n'en avons pas terminé avec le fléau du terrorisme. Il nous faudra continuer à le combattre. A l'extérieur, c'est le sens de nos opérations militaires au Mali, en Syrie, en Irak. Irak où je me rendrai après-demain (lundi) pour saluer nos soldats», a déclaré le président de la République.

Il faut «combattre aussi» le terrorisme «à l'intérieur pour déjouer des attentats, mettre hors d'état de nuire les individus dangereux et prévenir la radicalisation djihadiste, . Mais soyez certains d'une chose, que de cette lutte contre la barbarie la démocratie sortira victorieuse», a poursuivi François Hollande.

Une pensée pour les victimes

Lors de cette allocution de neuf minutes, le chef de l'Etat est revenu sur les «terribles attentats» ayant endeuillé la France en 2016, citant ceux de Nice, de Magnanville et de Saint-Étienne-du-Rouvray. «Je pense en cet instant aux victimes, à leurs familles, aux blessés qui souffrent dans leur coeur et dans leur chair», a-t-il dit.

«Je sais aussi l'inquiétude qui est toujours la vôtre face à cette menace terroriste qui ne faiblit pas, comme hélas en témoigne ce qui s'est produit à Berlin» où douze personnes ont péri lors d'une attaque d'un marché de Noël.

Mais «vous pouvez être fiers de vous», a lancé M. Hollande aux Français. «Les terroristes voulaient vous diviser, vous séparer, vous effrayer. Vous avez montré que vous étiez plus forts rassemblés, solidaires et unis. Vous n'avez pas cédé aux amalgames, aux stigmatisations, aux vaines querelles».

«Il me revient donc, avec le gouvernement de Bernard Cazeneuve, d'assurer votre protection. J'y consacre tous les moyens nécessaires et je veux rendre hommage à nos policiers, à nos gendarmes, à nos militaires, qui se dévouent jusqu'au sacrifice pour assurer notre sécurité», a-t-il conclu.

(AFP)

Votre opinion