Nucléaire: Frappé d’une résolution à l’AIEA, Téhéran riposte
Publié

NucléaireFrappé d’une résolution à l’AIEA, Téhéran riposte

Après une résolution adoptée à l’AIEA par les pays occidentaux, l’Iran a fustigé une initiative «non constructive» et a débranché des caméras de surveillance.

Le texte déposé par les États-Unis et l’E3 (Royaume-Uni, France et Allemagne) est le premier blâme contre l’Iran à l’instance onusienne depuis juin 2020. (Image d’illustration)

Le texte déposé par les États-Unis et l’E3 (Royaume-Uni, France et Allemagne) est le premier blâme contre l’Iran à l’instance onusienne depuis juin 2020. (Image d’illustration)

AFP

Le ton monte dans le dossier nucléaire iranien: les États-Unis et les Européens ont fait adopter, mercredi à l’AIEA, une résolution rappelant formellement à l’ordre Téhéran, sur fond d’impasse des négociations pour sauver l’accord de 2015.

En guise de riposte, la République islamique, fustigeant une initiative «non constructive», a débranché un peu plus tôt des caméras de surveillance installées par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Washington a aussitôt prévenu que cette décision risquait de «compliquer encore davantage» les pourparlers de Vienne, déjà suspendus depuis mars.

Le texte déposé par les États-Unis et l’E3 (Royaume-Uni, France et Allemagne) est le premier blâme contre l’Iran à l’instance onusienne depuis juin 2020. Dans un communiqué conjoint, les quatre pays ont «salué» les résultats du vote et exhorté l’Iran à «respecter ses obligations juridiques».

«Coopérer» avec l’AIEA

La résolution a été approuvée par 30 membres du Conseil des gouverneurs réuni à Vienne, seules la Russie et la Chine votant contre, selon deux diplomates interrogés par l’AFP. Trois pays se sont par ailleurs abstenus (Inde, Libye et Pakistan). Le premier ministre israélien Naftali Bennett s’est félicité d’une «décision majeure qui expose le véritable visage de l’Iran», voyant là «un signal d’avertissement».

Cette résolution exhorte l’Iran à «coopérer» avec l’AIEA, qui a déploré dans un récent rapport l’absence de réponses «techniquement crédibles» concernant des traces d’uranium enrichi retrouvées sur trois sites non déclarés. D’une portée symbolique à ce stade, la résolution peut être le prélude à une transmission du contentieux au Conseil de sécurité de l’ONU, habilité à prendre des sanctions.

«Regrettable»

«L’Iran n’a pas d’activités nucléaires cachées ni de sites non signalés», a déclaré mercredi Mohammad Eslami, chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), accusant les Occidentaux de vouloir «maintenir une pression maximale» avec cette résolution «politique».

Avant même le vote, l’Iran avait déconnecté dans la journée «plusieurs caméras» sur des «sites nucléaires» du pays, selon un communiqué de l’OIEA. «Aujourd’hui, les autorités compétentes ont reçu pour instruction de couper les moniteurs d’enrichissement en ligne (OLEM) et les caméras des débitmètres de l’agence», a-t-elle précisé.

L’organisation iranienne a cependant ajouté que «plus de 80% des caméras existantes de l’agence fonctionnent conformément à l’accord de sauvegarde et continueront à fonctionner comme avant». Son porte-parole Behrouz Kamalvandi, qui s’est rendu sur un site pour constater l’arrêt de caméras, a averti que «d’autres mesures étaient envisagées».

Cet acte est «extrêmement regrettable» et «contre-productif», a réagi un porte-parole de la diplomatie américaine interrogé par l’AFP. «La réponse de l’Iran devrait être de coopérer pleinement» avec l’AIEA, «pas de développer encore plus ses activités nucléaires et réduire la transparence». Depuis janvier 2016, le gendarme onusien vérifie et contrôle la mise en oeuvre des engagements pris par l’Iran dans le cadre de l’accord conclu l’année précédente à Vienne avec les grandes puissances.

«Pression maximale»

Le pacte, connu sous son acronyme anglais JCPOA, avait accordé à la République islamique un allégement des sanctions en échange de restrictions à son programme nucléaire. Mais Washington s’est retiré de l’accord en 2018 sous la présidence de Donald Trump, jugeant le texte insuffisant, et a rétabli les sanctions économiques contre Téhéran, qui s’est en réaction progressivement affranchi de ses engagements.

L’actuel président américain, Joe Biden, étant, lui, favorable à l’accord, des négociations ont démarré en avril 2021 à Vienne entre l’E3, la Russie et la Chine pour tenter de le relancer, mais semblent de plus en plus vouées à l’échec. Les États-Unis y participent de manière indirecte.

«L’Iran n’a pas d’activités nucléaires cachées ni de sites non signalés» et a «maintenu une coopération maximale avec l’AIEA», a démenti mercredi Mohammad Eslami, chef de l’OIEA, accusant les Occidentaux de vouloir «maintenir une pression maximale» avec cette résolution «politique». Au cours des débats devant le Conseil des gouverneurs, Londres, Paris et Berlin ont dénoncé «un programme nucléaire avancé comme jamais auparavant», et des activités «sans justification civile crédible».

D’après les dernières estimations de l’AIEA, l’Iran aura bientôt amassé suffisamment d’uranium enrichi à 60% pour construire une bombe. Téhéran dément toute visée militaire. «Nous appelons vivement l’Iran à cesser son escalade et à conclure d’urgence l’accord qui est sur la table» pour ressusciter le pacte de 2015, ont insisté les Européens.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires