Aviron - Frédérique Rol: «On avait tout misé sur cette qualification olympique»
Publié

AvironFrédérique Rol: «On avait tout misé sur cette qualification olympique»

La Vaudoise, accompagnée de Patricia Merz, s’est qualifiée pour ses premiers Jeux olympiques, en deux de couple poids légers. Un ticket validé après plusieurs désillusions et quelques semaines après une blessure, qui a failli gâcher le rêve d’une carrière.

par
Sylvain Bolt
Frédérique Rol (à droite) et sa coéquipière Patricia Merz ont réalisé l’objectif de leur carrière: se qualifier pour les JO.

Frédérique Rol (à droite) et sa coéquipière Patricia Merz ont réalisé l’objectif de leur carrière: se qualifier pour les JO.

Detlev Seyb 

C’était la dernière chance pour une première olympique. Dimanche sur le Rotsee, la pluie s’est mêlée à la régate finale de qualification pour les JO. Dans le bateau suisse de Frédérique Rol et de Patricia Merz, quatrième après 500 mètres, pas de panique à bord. Les Suissesses sont restées fidèles à leur plan près de Lucerne.

Elles ont passé au troisième rang, avant de dépasser le bateau chinois dans le final. Une deuxième place, juste derrière le bateau américain, synonyme de ticket pour Tokyo. Il fallait en effet terminer aux trois premières places pour se qualifier pour les Jeux.

«C’était notre dernière chance!»

Frédérique Rol, qualifiée pour les JO en aviron

Un rêve olympique validé après dix ans d’équipage commun entre les deux femmes. «C’est un gros soulagement et une immense fierté, a expliqué au bout du fil et du rouleau Frédérique Rol. Après plusieurs désillusions, on avait tout misé sur cette qualification olympique. C’était notre dernière chance!»

À 27 ans, la Vaudoise et sa coéquipière zougoise avaient raté la qualification pour les JO de Rio 2016 il y a cinq ans. Puis une première occasion de valider le ticket pour Tokyo 2020 en ratant leurs Mondiaux en 2019. Avant que le Covid-19 ne vienne repousser cet objectif des JO d’un an. Au total, quatre tentatives de qualification olympique leur avaient filé sous le bateau.

Frédérique Rol (à gauche) et Patricia Merz ont laissé exprimer leur soulagement après la régate de la dernière chance pour Tokyo. 

Frédérique Rol (à gauche) et Patricia Merz ont laissé exprimer leur soulagement après la régate de la dernière chance pour Tokyo.

Detlev Seyb

Une blessure de fatigue

Le duo Rol-Merz a bien failli voir le principal objectif de sa carrière couler à pic. Fin mars dernier, Frédérique Rol a été victime d’une fracture de fatigue aux côtes. Trois semaines et demie sans ramer. Les championnats d’Europe à Varese en avril sont passés à la trappe, comme la reprise de la Coupe du monde d’aviron.

L’équipage a repris les rames, d’abord en douceur, trois semaines seulement avant cette régate capitale pour son avenir. «Ce n’était clairement pas le plan imaginé, a expliqué la Vaudoise. Mais tout le monde est resté calme et a parfaitement réagi.»

Le deux de couple poids légers est le troisième bateau helvétique qualifié pour les Jeux de Tokyo de cet été. Le Vaudois Barnabé Delarze et son coéquiper Roman Röösli (deux de couple) et la Zurichoise Jeannine Gmelin (skiff), seront aussi présents dans la baie de Tokyo. Une dernière embarcation à croix blanche devrait être du voyage au Japon.

Frédérique Rol et Patricia Merz vont faire l’impasse sur l’étape de Coupe du monde le week-end prochain à Lucerne. Elles seront de retour dans trois semaines en Italie avant d’enchaîner les entraînements. L’arrivée au Japon est prévue trois semaines avant les compétitions. Histoire que ce vieux rêve devienne enfin réalité.

Votre opinion