Neuchâtel - Frère et sœur: 24 heures en voilier pour une bonne cause
Actualisé

NeuchâtelFrère et sœur: 24 heures en voilier pour une bonne cause

Deux écoliers sportifs de 13 et 15 ans tentent une performance sur le lac au profit d’enfants défavorisés.

par
Vincent Donzé
Chloé et Loïc naviguent sur un petit voilier de type Feva.

Chloé et Loïc naviguent sur un petit voilier de type Feva.

DR

Naviguer pendant 24 heures sur un bateau à voile dépourvu de cabine, c’est le défi que se sont lancé à Bevaix (NE), Chloé (15 ans) et Loïc (13 ans), frère et sœur. La météo est avec eux, mais rien n’est gagné, sauf la collecte organisée au profit de deux associations.

Chloé et Loïc n’ont rien sacrifié à leur marathon. Ce matin, ils sont allés à l’école et Chloé y retourne cet après-midi, avant le départ prévu vers à 17 h 15. Retour espéré 24 heures plus tard, avec une verrée pour les amis et les donateurs. Mais le défi n’est pas gagné: l’adulte qui l’a tenté l’an dernier a jeté l’ancre après 22 heures.

Champion du monde

Dimanche, Loïc voudra participer aux finales des championnats suisses de volley… Le sport en général et la navigation en particulier, c’est plus qu’un dada dans la famille. Le papa était champion du monde de planche à voile en 2011.

Au-delà du sport, il y a une dimension caritative: «Des enfants privilégiés s’investissent pour des enfants défavorisés», résume le papa, Vincent Huguenin. Avant de se lancer à l’eau, ils ont déjà récolté 7000 francs pour les associations Neptune et Théodora.

«De A à Z»

Le défi est un apprentissage pour Chloé et Loïc, qui ont fait la tournée des sponsors et des journalistes. «Ils ont mené le bateau de A à Z», résume leur papa. Leur démarche a séduit, ici un banquier, là un graphiste et un imprimeur. Mais c’est encore les enfants qui ont enfourché leur vélo pour distribuer les flyers.

Sur un voilier de 3,64 mètres, Chloé et Loïc peineront à s’allonger. Leur plus grande crainte c’est un coup de tabac, surtout de nuit. Un bateau suiveur assurera la sécurité des navigateurs en culottes courtes. À l’inverse, l’absence de vent n’aurait qu’une conséquence sans importance: réduire le parcours accompli.

Préparation spéciale

«Depuis toujours, nous avons la chance d’effectuer plein d’activités avec nos parents. Nous nous sommes dit que pour une fois, nous allions en faire profiter les autres», a expliqué Chloé au média «Arcinfo».

Les deux écoliers n’ont jamais tenu la barre aussi longtemps, encore moins de nuit. «En principe, nous ne restons pas plus de quatre heures sur notre voilier. Nous n’avons pas entrepris une préparation spéciale pour l’événement. Nous ne voulions pas nous entraîner à rester douze heures sur l’eau et être dégoûtés avant de commencer le challenge», a déclaré Loïc à «Arcinfo».

Les navigateurs emporteront de la nourriture et des boissons, des gilets, une balise GPS, un téléphone portable, des lampes et des fusées de détresse.

Votre opinion