Publié

CyclismeFroome: «Me battre pour la victoire au Tour de France»

Le quadruple vainqueur de la Grande Boucle s’est exprimé pour la première fois depuis son arrivée chez Israel Start-Up Nation. Il révèle les dessous de ce nouveau défi et expose ses objectifs.

par
Sport-Center
À l’entraînement, Chris Froome a étrenné ses nouvelles couleurs.

À l’entraînement, Chris Froome a étrenné ses nouvelles couleurs.

DR

Une immense page du cyclisme moderne s’est tournée cet automne avec la séparation entre Chris Froome et Ineos (ex-Sky). Le Britannique a quitté l’écurie dans laquelle il évoluait depuis 2010 et qui lui a permis de régner sur le peloton pendant près de dix ans (quatre Tour de France, deux Vuelta, un Giro à son actif). Direction Israel Start-Up Nation.

Un sacré pari pour lui qui, à 35 ans, n’est plus que l’ombre de lui-même. La faute à une grave chute en juin 2019, lors du Critérium du Dauphiné, dont il ne s’est pas vraiment remis. Gentiment écarté du leadership à Ineos, il n’a pas été retenu pour le dernier Tour de France et a bouclé la Vuelta, sa dernière compétition sous les couleurs de l’équipe britannique, à une anonyme 98e place.

«Le fait de changer d’équipe à cet instant de ma carrière va me redonner plus de motivation, de stimulation mentale»

Chris Froome, recrue de l’écurie Israel Start-Up Nation

Alors que l’entame de sa saison 2021 reste à définir (il devait disputer sa première course au Tour de San Juan, prévu du 24 au 31 janvier, mais celui-ci a été annulé), Chris Froome s’est exprimé pour la première fois depuis son arrivée chez Israel Start-Up Nation.

«Cela a été une grande décision de rejoindre ISN, a-t-il confié dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux de son nouvel employeur. Lors de ma première conversation avec le propriétaire de l’équipe, Sylvan Adams, il y a eu immédiatement une connexion et sa passion était clairement perceptible. J’en ai conclu qu’il fallait que je change d’équipe, après avoir passé onze ans dans la même formation. J’ai donc rejoint ISN et ce n’est pas un engagement que je fais pour une année ou deux, mais jusqu’à la fin de ma carrière et peut-être même au-delà. Un projet comme celui-là a un potentiel énorme.»

Conscient d’avoir effectué un choix risqué, le «Kényan Blanc» préfère voir l’aspect positif: «Quand on reste longtemps dans une équipe, c’est presque du copier-coller d’une année sur l’autre. Le fait de changer d’équipe à cet instant de ma carrière va me redonner plus de motivation, de stimulation mentale. C’est un changement total, un nouveau projet, un nouveau chapitre et cela me donne l’impression de rajeunir un peu.»

«Chris est sur la bonne voie pour redevenir le ‘vieux’ Chris»

Rik Verbrugghe, directeur sportif d’Israel Start-Up Nation

Pendant que ses coéquipiers se préparent en stage en Espagne, Chris Froome est resté en Californie, où il précise travailler dur pour «remédier à certains déséquilibres et faiblesses causées par la blessure». Cela semble payer puisqu’il se dit «très optimiste pour la saison à venir». Où il vise haut: «Mes objectifs n’ont pas changé, je veux revenir au top niveau, me battre pour la victoire au Tour de France et aux autres Grands Tours. J’ai vraiment hâte de débuter la saison 2021 et j’espère que c’est le point de départ d’un partenariat long, excitant et fructueux.»

Cette ambition semble raisonnable à en croire le directeur sportif d’Israel Start-Up Nation, Rik Verbrugghe. Quelques jours plus tôt, ce dernier s’était montré dithyrambique concernant la forme de sa prestigieuse recrue. «Chris est sur la bonne voie pour redevenir le «vieux» Chris, a-t-il lâché au quotidien Het Nieuwsblad. Il est de plus en plus fort. Sa rééducation se passe bien et il est en train de retrouver autant de force dans sa jambe droite que dans sa jambe gauche. Le Froome de la Vuelta n’est clairement pas le Froome d’aujourd'hui.»

Reste désormais à joindre les paroles aux actes.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
4 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Cunégonde

13.01.2021 à 07:52

L'opposé de ce que l'on appelle "bien en chair". Les cyclistes sont encore plus fins qu'un cure-dents de nos jours..

Loulou2

13.01.2021 à 06:44

Je doute qu'il gagne le tour mais ont ne sait jamais....

quelqu un peut me prêter son vélo

12.01.2021 à 14:02

Comment gagner le Tour de France : une bonne équipe, un bon vélo et un bon pharmacien.