Cyclisme: Froome tombe, mais sauve son maillot rouge
Publié

CyclismeFroome tombe, mais sauve son maillot rouge

Christopher Froome a cédé une vingtaine de secondes sur son premier poursuivant, jeudi, au Tour d'Espagne.

Chris Froome ne s'est pas blessé, semble-t-il.

Chris Froome ne s'est pas blessé, semble-t-il.

AFP

Grosse alerte pour Chris Froome: le leader de la Vuelta est tombé sur le bitume andalous à deux reprises dans le final de la 12e étape entre Motril et Antequera, cédant une vingtaine de secondes sur ses principaux rivaux.

La victoire d'étape au bout des 160 kilomètres est revenue au Polonais Tomasz Marczynski, qui s'est imposé en solitaire devant les Espagnols Omar Fraile et Jose Joaquin Rojas.

Une chute à une dizaine de kilomètres de l'arrivée, un changement de vélo, une seconde fois au sol juste après la première et une course poursuite avec ses coéquipiers Wout Poels et Mikel Nieve pour limiter la casse sur ses adversaires: Chris Froome a connu une fin de 12e étape agitée sur la Vuelta.

Au final, le quadruple vainqueur du Tour de France voit l'Italien Vincenzo Nibali grappiller 20 secondes et revenir à moins d'une minute (59'') au classement général. «Ce n'est jamais bon de tomber, surtout dans un final comme celui-là, où on perd un peu de temps. Je suis surtout content de ne pas m'être blessé plus sérieusement et de ne pas perdre plus de vingt secondes», a estimé le Britannique à l'arrivée. «Ça a été une journée difficile, mais c'était bon pour moi d'avoir de la compagnie avec Wout Poels et Mikel Nieve. Ils sont incroyables, ils m'ont beaucoup aidé dans le final», a-t-il ajouté.

Contador à l'offensive

Sur un parcours accidenté en Andalousie avec deux montées - le Puerto del Leon et le Puerto del Torcal -, un groupe de quatorze coureurs s'est échappé une quarantaine de kilomètres après le départ, avec une avance sur le peloton qui a grimpé à huit minutes.

Dans la dernière bosse, Marczynski a faussé compagnie à ses compagnons et a réussi à contenir leur retour dans la descente vers Antequera pour s'offrir la victoire d'étape. «Une fois que j'étais dans l'échappée, je me suis dit que c'était mon jour», a commenté Marczynski après l'arrivée.

Contador

Dans le groupe des leaders, c'est l'Espagnol Alberto Contador, qui a lancé la première banderille, dans son style plein de panache lui qui comptait près de quatre minutes de retard sur Froome au départ de cette 12e étape.

«Ça a été un scenario meilleur que ce que l'on pouvait espérer. Je savais que j'avais un coéquipier devant, et j'ai ensuite donné mon maximum. La descente a été compliquée», a expliqué le «Pistolero», qui revient à 3'13 au général.

«Le tempo de la course a augmenté avec son attaque, mais on était en contrôle, il restait vingt kilomètres jusqu'à l'arrivée. La course a changé pour nous une fois que je suis tombé», a expliqué Froome.

Les 174 coureurs du Tour d'Espagne partiront vendredi de Coin pour se diriger vers la banlieue de Séville, à Tomares, une étape de 200 km pour sprinteurs, avant une étape d'arrivée au sommet samedi à Sierra de la Pandera.

(ats)

Votre opinion