Publié

HOCKEY SUR GLACEFrustrés et déçus, les héros de Stockholm se livrent

Ils nous ont fait rêver durant seize jours. Ils ont échoué alors qu'ils étaient proches du Graal, mais ils ont fait la fierté de tout un pays. Les hockeyeurs de l'équipe de Suisse nous livrent leurs impressions.

par
Frédéric Lovis
1 / 10
Mathias Seger (à g.) et le gardien Martin Gerber Sont abattus après avoir encaissé le troisième but.

Mathias Seger (à g.) et le gardien Martin Gerber Sont abattus après avoir encaissé le troisième but.

AFP
Difficile d'accepter la défaite après neuf victoires consécutives.

Difficile d'accepter la défaite après neuf victoires consécutives.

AFP
Dur de voir le drapeau suédois se hisser tout en haut de la Globe Arena de Stockholm.

Dur de voir le drapeau suédois se hisser tout en haut de la Globe Arena de Stockholm.

Keystone

Nino Niederreiter:«Le sentiment n’est vraiment pas bon. Nous avons joué un super tournoi sans avoir perdu, durant longtemps, un seul match. Et voilà ce qui nous arrive. Nous avons vraiment bien entamé cette finale, en marquant rapidement. Nous continuons ensuite à pousser vers l’avant et, à leur première occasion, ils égalisent, avant de doubler la mise assez vite. C’est le «game winning goal», voilà pourquoi nous perdons ce match. Je suis vraiment très déçu en ce moment même si je suis conscient qu’avec le temps, on va réaliser qu’avoir gagné cette médaille est quelque chose de très spécial. Mais ce n’est jamais évident de se faire battre comme ça.»

Martin Gerber: «Pour le moment, je suis frustré. Nous n’avons pas vraiment suivi le plan de match. Bon, il y a aussi eu, je dois dire, des moments où nous avons très bien joué. Mais à la fin, nous perdons le match et nous ne gagnons pas la médaille que nous voulions (ndlr: il la porte autour du cou). C’est dommage, nous prenons l’égalisation peu de temps après avoir ouvert le score. Puis nous ramassons aussi assez rapidement le 2-1. Il y a, comme je l’ai dit, des bonnes phases par la suite. Mais nous prenons aussi trop de pénalités. C’est frustrant. Je me demande si nous n’en avons pas trop voulu, à certains moments, et si nous n’avons pas perdu beaucoup d’énergie en fore-checkant haut sur la glace pour essayer d’égaliser. Après, nous voulions absolument marquer le 2-2, donc… Si je suis fier de cette équipe? Oui, certainement, même si, pour le moment, c’est une vraie déception qui domine.»

Morris Trachsler: «Actuellement, la déception prime sur le fait d’avoir gagné cette médaille d’argent (ndlr: il l’a tient dans le gant gauche). Nous avions une chance unique de faire quelque chose de vraiment spécial pour la Suisse, et voilà… C’est surtout la manière qui me déçoit. Nous n’avons pas joué notre meilleur match du tournoi ce soir. C’est ça qui est énervant. Il y avait hors-jeu sur le 3-1? Eh bien vous m’apprenez quelque chose. On peut toujours discuter sur la performance des arbitres, moi je préfère ne pas en parler dans les médias. A 2-1 pour la Suède, j’ai le sentiment que nous nous sommes créés plusieurs occasions pour revenir à la marque, surtout dans la deuxième moitié du deuxième tiers-temps. Là, si nous arrivons à être plus efficaces devant le but, ça peut changer la face du match. Mais bon, là, je dois digérer cette défaite, même si ça reste un tournoi extraordinaire pour la Suisse. Nous ne nous sommes pas vraiment rendu compte de ce que nous avons provoqué au pays. J’espère que les gens auront un peu vibré avec nous. Il faudra maintenant un petit moment pour réaliser tout ça, même si nous sommes pleinement conscients d’avoir sorti de belles performances. Dommage que nous ayons perdu ce dernier match.»

Reto Suri: «Nous venons de perdre la médaille d’or, je ne ressens aucune fierté. Bon, dans les prochains jours, nous nous rendrons compte de ce que nous avons fait pour le pays, pour la Swiss Ice Hockey Federation. Je suis aussi fier pour cette équipe. Avec elle, nous avions comme objectif de gagner une médaille. Avant ces Mondiaux, nous ne l’avons dit à personne, mais nous voulions en ramener une au pays. Ça a engendré un état d’esprit fantastique dans le groupe, qui nous a poussés vers l’avant. Nous l’avons fait, c’est juste magique. Mais pour l’instant, c’est vraiment la déception qui prime. Nous commençons bien cette finale. Après, nous prenons deux buts dont un (ndlr: le 2-1) sur un power-play suite à une pénalité sifflée contre nous dont on peut discuter la pertinence. Bon, il ne faut pas chercher d’excuses non plus. Nous cherchons à égaliser. Nous leur ouvrons une porte dans laquelle ils s’engouffrent. Après avoir gagné neuf matches d’affilée, il manque quelques petites choses lors du dixième. Voilà, c’est comme ça.»

Julien Vauclair: «Si elle est belle cette médaille? Ouais, mais elle n’a pas la bonne couleur. Dans trois ou quatre jours on appréciera. L’image qui m’a marquée durant ce tournoi, c’est la fin de match de la demi-finale, les dernières secondes sur la glace nous menant vers l’ultime duel. Ma nomination dans le «all star team»? Disons que je sais que j’arrive en fin de carrière internationale. Je suis très satisfait de mes Mondiaux. Ça m’a permis de voir que j’avais encore le niveau pour jouer contre les meilleurs joueurs du monde. Je n’en étais pas forcément persuadé il y a six semaines. C’est beaucoup de sacrifices. Je ne sais pas si je vais continuer l’année prochaine. Ça dépend de beaucoup de choses, notamment de mes performances en club, de ce que va décider la NHL pour les JO, de ma motivation.»

Votre opinion