France - Exécution à Paris: «On a beaucoup de personnes choquées»
Publié

FranceFusillade: un mort et un blessé grave devant un hôpital à Paris

Une personne a été tuée et une autre blessée par balles, lundi en début d’après-midi, devant l’hôpital Henry Dunant à Paris, où le tireur a pris la fuite sur un deux-roues.

Les secours et la police présents devant l’hôpital privé Henry Dunant lundi à Paris lundi après-midi.

Les secours et la police présents devant l’hôpital privé Henry Dunant lundi à Paris lundi après-midi.

AFP

Un homme a été tué et une femme blessée par balles, lundi en début d’après-midi, devant l’hôpital Henry Dunant dans le 16e arrondissement de Paris, où le tireur a pris la fuite sur un deux-roues, a-t-on appris de sources concordantes. Aucun élément n’a été donné à ce stade par les enquêteurs sur les circonstances de la fusillade devant cet hôpital privé administré par la Croix-Rouge française.

Après plusieurs coups de feu signalés devant l’établissement, les deux personnes touchées par balles ont été prises en charge par le personnel de l’hôpital. L’homme est décédé, a-t-on indiqué de source policière. Selon des sources concordantes, il a reçu plusieurs balles dans la tête, rapporte BFMTV. La femme est agent de sécurité à l’hôpital, a-t-on précisé de source proche de l’enquête.

«Une enquête des chefs d’assassinat et tentative d’assassinat» a été ouverte, a indiqué le parquet de Paris, qui a confié les investigations à la brigade criminelle de la police judiciaire. Cet établissement est un hôpital gériatrique et sert actuellement de centre de vaccination contre le Covid-19.

Un périmètre de sécurité a été déployé dans les 50 mètres autour de l’hôpital, a constaté un journaliste. Plusieurs véhicules de pompiers stationnent devant l’établissement. «On a beaucoup de personnes choquées à l’intérieur», a expliqué à l’AFP un employé de la Croix-Rouge.

Derrière le cordon, les patients qui ont des rendez-vous médicaux font la queue. L’hôpital fonctionne désormais en «effectif réduit», a poursuivi l’employé de la Croix-Rouge, ajoutant que seuls ceux figurant sur une liste prioritaire peuvent entrer.

(AFP)

Votre opinion