Irlande du Nord - Fusillades meurtrières en 1971: le rôle de l’armée britannique critiqué
Publié

Irlande du NordFusillades meurtrières en 1971: le rôle de l’armée britannique critiqué

La justice a tranché: l’armée britannique a fait preuve d’une force démesurée lors de fusillades à Belfast, en août 1971, qui avaient fait une dizaine de morts. Les victimes étaient «entièrement innocentes».

Rita Bonner, sœur d’une des victimes des fusillades de Ballymurphy, John Laverty, à son arrivée au tribunal, à Belfast.

Rita Bonner, sœur d’une des victimes des fusillades de Ballymurphy, John Laverty, à son arrivée au tribunal, à Belfast.

AFP

La justice d’Irlande du Nord a dénoncé, mardi, l’usage excessif de la force de la part de l’armée britannique lors d’une série de fusillades qui ont fait dix morts à Ballymurphy, à l’ouest de Belfast, en août 1971.

«Toutes les personnes décédées étaient entièrement innocentes», a déclaré Siobhan Keegan, la coroner (médecin légiste) chargée de mener une série d’audiences judiciaires. Ce jugement a été accueilli par les applaudissements des familles des victimes.

Responsable de neuf morts

Tout en reconnaissant que la période était chaotique, elle a déclaré que les soldats avaient fait un usage «disproportionné» de la force et étaient responsables de la mort de neuf des victimes.

La justice s’était penchée sur cinq incidents distincts survenus en quelques jours à Ballymurphy, pendant les «Troubles», nom donné à trois décennies de violences dans la province britannique, entre catholiques, partisans de la réunification avec l’Irlande, et protestants, favorables à la couronne britannique.

Une mère de huit enfants

Un prêtre catholique, le père Hugh Mullan (38 ans), et Frank Quinn (19 ans) ont été abattus dans le quartier de Springfield Park, vers 21h, le 9 août, tandis que près d’une caserne de l’armée, Noel Philips (19 ans), Joseph Murphy (41 ans), Joan Connolly - une mère de huit enfants âgée de 44 ans - et Daniel Teggart (44 ans) ont été mortellement blessés par balle.

Le lendemain, Eddie Doherty (31 ans) est décédé, également des suites de coups de feu, sur la route de Whiterock, où des soldats se trouvaient face à des manifestants qui avaient érigé une barricade de l’autre côté de la route.

Abattu près d’une église

Lors du quatrième incident, le troisième jour de fusillade, Joseph Corr (43 ans) et John Laverty (20 ans) ont été abattus près de Whiterock Road, aux petites heures du matin. Le premier est décédé des suites de ses blessures, 16 jours plus tard. La même matinée, l’ancien soldat John McKerr (49 ans) a été abattu près de l’église Corpus Christi, alors qu’il faisait une pause dans son travail de maintenance. Il est décédé le 20 août, des suites de ses blessures.

Cinquante ans plus tard, l’impact de ces décès sur les familles de victimes reste très «fort», a conclu la coroner Siobhan Keegan.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires