Commentaire: Fust a tout contre lui, mais il mérite une dernière chance de défendre son bilan

Publié

CommentaireFust a tout contre lui, mais il mérite une dernière chance de défendre son bilan

Pris dans la tempête, décrié et considéré comme principal responsable des mauvais résultats du LHC, John Fust est sous pression et sur la sellette sur le banc des Lions. Petr Svoboda devra trancher rapidement cette fois-ci. 

par
Cyrill Pasche
Pris en grippe par les fans du LHC, John Fust ne fait pas l’unanimité sur le banc des Lions. Le Canado-Suisse réussira-t-il à sauver sa place?

Pris en grippe par les fans du LHC, John Fust ne fait pas l’unanimité sur le banc des Lions. Le Canado-Suisse réussira-t-il à sauver sa place?

Marc Schumacher/freshfocus

Si le Lausanne HC a pour ambition de devenir le FC Sion du hockey sur glace, alors là oui, il faut retirer sur-le-champ la responsabilité de l’équipe professionnelle à l’entraîneur, John Fust.

Le tout après seulement huit parties? Avec neuf nouveaux joueurs arrivés à l’intersaison? Des blessés aux positions-clés depuis plusieurs matches: gardien numéro un (Punnenovs), meilleur défenseur suisse (Glauser), meilleur attaquant étranger (Sekac), leader le plus important (Raffl)?

Non. Pour porter un jugement définitif sur le LHC et l’impact réel de John Fust à la bande, il faudrait voir cette équipe au complet sur un échantillon de matches plus important que les huit qui ont été disputés jusqu’ici.

Il faut tout de même le reconnaître: John Fust a tout contre lui en ce début de campagne. Il mérite une chance honnête de défendre son travail. Il serait faux de trancher maintenant, dans des circonstances aussi défavorables. 

La deadline de novembre

Bien sûr que la qualité du jeu est mauvaise, elle l’est d’autant plus lorsque l’on la compare à celle présentée par certains rivaux tels que Genève-Servette, Zurich ou Rapperswil, par exemple.

«Petr Svoboda ne peut pas céder si tôt dans la saison face au mécontentement des supporters. Mais il ne peut pas, non plus, ignorer éternellement leur frustration et déception.»

Pas de spectacle, très peu d’émotions: tout ceci ne date pas d’hier, ni de la semaine passée. La saison dernière, Petr Svoboda aurait déjà eu toutes les raisons de changer d’entraîneur, pour ces mêmes raisons. Mais il ne l’a pas fait, malgré la pauvreté du hockey proposé en première partie de championnat. Petr Svoboda n’a pas changé de coach, avant tout pour ne pas désavouer ses propres choix. Et certainement aussi parce qu’il voulait continuer de croire en John Fust. Il en sera aussi ainsi cette première partie de saison. Sauf que, cette fois-ci, Petr Svoboda devra choisir rapidement: avec ou sans John Fust?

Petr Svoboda ne peut pas céder si tôt dans la saison face au mécontentement des supporters. Mais il ne peut pas, non plus, ignorer éternellement leur frustration et déception. Par contre, le Tchèque devra bientôt trancher (d’ici à la pause de l’équipe nationale, au début du mois de novembre, ou même avant?) et répondre définitivement à la question suivante:

- Le LHC peut-il avoir du succès cette saison avec John Fust à la bande?

Si la plupart des fans y a déjà répondu de manière définitive et par la négative, John Fust mérite encore une chance, la dernière, de défendre son boulot et son bilan sur le banc du LHC, pendant quelques semaines tout au plus. 

Après quoi, il faudra que Petr Svoboda se décide, quitte à désavouer ses propres choix. 

Ton opinion