03.09.2017 à 17:35

FootballGagner, c'est tout

La Suisse doit absolument s'imposer dimanche soir en Lettonie. Et pour cela, il faudra sans doute marquer en premier.

par
Tim Guillemin, Riga
Granit Xhaka, le leader technique de la Nati, jouera un rôle prépondérant dimanche à la Skonto-Arena de Riga.

Granit Xhaka, le leader technique de la Nati, jouera un rôle prépondérant dimanche à la Skonto-Arena de Riga.

Keystone

Le calendrier bizarre de la Nati dans ces éliminatoires pour la Coupe du Monde 2018 a au moins un avantage: il permet de garder un suspense fou jusq'au bout. Après avoir battu le Portugal et la Hongrie en entrée, la Suisse savait qu'elle rejouerait ces deux nations uniquement à la fin du pensum.

Entre deux, il fallait penser à battre six fois Andorre, les Féroé et la Lettonie. Pour l'instant, la troupe de Vladimir Petkovic a passé les cinq premiers obstacles. Il en reste un, donc. Et de loin pas le plus simple, en apparence.

La Lettonie n'est pas une grande nation du football. Prétendre le contraire ne serait pas une exagération, ce serait un mensonge. Même si jouer à Riga, dans cette très jolie Skonto-Arena de 8000 places, n'est pas exactement ce que l'on appelle un match gagné d'avance.

Avec Andris Vanins dans les buts et quelques solides joueurs devant lui (Kaspars Gorkss, Aleksandrs Solovjovs, Vitalijs Maksimenko), la Lettonie peut espérer accrocher une équipe comme la Suisse, dans un bon jour. Au match aller, à Genève, la Nati avait d'ailleurs dû s'en remettre à un entrant, Josip Drmic, pour faire la différence en deuxième période (1-0).

Trois matches à la maison, trois défaites, zéro but marqué!

Mais, s'il y a de quoi se méfier, il faut tout de même rappeler une vérité: la Suisse est ultra-favorite de cette partie. Dans un pays qui préfère largement le hockey sur glace et le basketball, le football n'attire pas les foules. Et ce ne sont pas les résultats à domicile dans ces qualifications qui vont enthousiasmer le public balte. Pour l'heure, la Lettonie a joué trois matches à la maison, s'inclinant à chaque fois... sans marquer le moindre but. Les Féroé sont venues gagner ici (0-2), de même que la Hongrie (0-2) et le Portugal (0-3)!

Autant dire que la Suisse n'a pas le droit de ne pas gagner dimanche à Riga, même si pour cela, il faudra sans doute marquer en premier. Car si les Lettons arrivaient à frapper et à tromper Yann Sommer, leur tactique en 5-3-2 serait particulièrement difficile à bouger ensuite.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!