21.11.2020 à 21:00

Motocyclisme«Garçon, une dernière pression avant les vacances!»

Le championnat du monde 2020 – 14 courses en 19 semaines -, le plus exigeant physiquement et mentalement de l’histoire en raison de la pandémie de Covid-19, se termine ce soir au Portugal.

von
Jean-Claude Schertenleib

Dis-moi comment tu gères la pression...

... je te dirai ce que tu peux espérer en course dimanche. Les deux derniers titres mondiaux se jouent sur le circuit le plus spectaculaire de l’histoire des GP, l’Autodrome de l’Algarve, à Portimão. Au terme d’une saison qui a été la plus difficile à vivre, spécialement sur le plan psychique, les nerfs sont à fleur de peau. Ainsi, en Moto3, on a vu le Japonais Ai Ogura s’en sortir à deux reprises – dans la première, puis la seconde phase des qualifications – dans son dernier tour, pendant que Tony Arbolino, le troisième homme de la catégorie, coupait son effort dans son ultime tentative, en croyant qu’il avait encore un tour à sa disposition. Il s’élancera, à 12 heures (heure suisse) de la neuvième ligne de la grille de départ, alors que le leader de la catégorie, Arenas, et son premier dauphin, Ogura, seront côtes à côtes en deuxième ligne.

Sam Lowes peut-il tenir?

En Moto2, la question essentielle concerne l’état physique du Britannique Sam Lowes, sérieusement diminué depuis une semaine et sa chute terrifiante des essais du GP de Valence (poignet droit). Le pilote de Gilles Bigot, qui adore Portimão où il s’était imposé l’année de son titre mondial en supersport, a pour lui la vitesse – cinquième chrono, à 167 millièmes de la pole -, mais ses grimaces à chacun de son retour à son stand disent bien sa souffrance. Or, il faudra tenir 23 tours sur le circuit le plus exigeant physiquement de l’année. Dans ces conditions, et en rappelant que Luca Marini compte 18 points de retard sur son compatriote – et futur équipier en MotoGP chez Sky 46-Ducati -, Enea Bastianini, c’est bien ce dernier qui reste le grand favori pour le titre.

Ronaldo a de la concurrence

Dans le cœur des Portugais, Miguel Oliveira est désormais considéré comme le No 2 de la scène sportive, derrière Cristiano Ronaldo, le footballeur. A son arrivée au circuit, l’autre jour, il a été accompagné jusqu’au portail d’entrée – fermé, pour qui n’appartient pas à la «bulle» MotoGP – par un cortège d’une centaine de motards. Et ce samedi soir, c’est encore lui qui faisait la «une» des journaux télévisés, après avoir obtenu sa première pole position en MotoGP.

Aegerter adore le défi proposé

«Ce sera une course longue et très exigeante sur le plan physique. Et je m’en réjouis»: Dominique Aegerter (22e en Moto2) a manqué une occasion de faire beaucoup mieux: «Malheureusement, ce matin lors de la troisième séance d’essais libres – c’est au terme de celle-ci que les 14 plus rapides obtiennent directement leur billet pour la phase finale des qualifications -, nous avons connu un souci électronique sur la moto et j’ai perdu pas mal temps. Dommage, car il ne m’a manqué ensuite que quelques dixièmes pour faire le saut. La moto et le grip sont excellents, je suis persuadé que je vais pouvoir me battre pour les points.»

Lüthi: «C’est un désastre!»

Thomas Lüthi, lui, n’a pas connu de soucis particuliers, il a connu... tous les soucis possibles pour un pilote: «C’est naturellement un désastre de se retrouver aussi loin (24e). De toute la journée, je n’ai eu aucune chance, j’ai essayé de changer de nombreuses choses, mais cela ne fonctionnait tout simplement pas. Une telle position n’est pas acceptable.» Précision, qui explique bien l’ambiance dans l’équipe Liqui Moly Intact GP: «Je perds l’essentiel de mon temps dans le dernier secteur. Comme à cet endroit, Marcel (Schrötter, son équipier) avait régulièrement de meilleurs chronos que moi, je me suis accroché derrière lui lors de la première phase des qualifications... mais il a coupé les gaz. Nous sommes beaucoup trop loin et je ne vois vraiment pas comment nous pouvons solutionner le problème d’ici demain.» Courage...

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
3 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

De mal en pire

21.11.2020 à 21:08

Je suis étonné que le journaliste s’étonne du mauvais résultat de Luthy, ces t devenu une habitude avec lui... A chaque courses un peu moins bien que la précédente...faut raccrocher Tom...