Publié

BaignadeGare à la force du courant du Rhône à Genève

L’été, de nombreux baigneurs se laissent glisser au fil de l’eau à la hauteur de la Jonction. Mais cette activité comporte des risques, met en garde la police genevoise.

Lors des week-ends de canicule, le Rhône est pris d’assaut par des centaines de personnes qui se laissent glisser au fil de l’eau sur des embarcations gonflables.

Lors des week-ends de canicule, le Rhône est pris d’assaut par des centaines de personnes qui se laissent glisser au fil de l’eau sur des embarcations gonflables.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

En fin de semaine, lorsque le soleil estival est de la partie, le Rhône devient un immense terrain de jeu pour des centaines de baigneurs à la hauteur de la Jonction, à Genève. Les gens se laissent emporter par le fleuve sur toutes sortes d’embarcations gonflables.

Cette activité ludique n’est toutefois pas sans risque. En eaux vives, les recommandations qui s’appliquent à la piscine doivent être suivies à la puissance trois, souligne dimanche le porte-parole de la police genevoise, Silvain Guillaume-Gentil, car le courant peut être un ennemi redoutable.

Le mieux, lorsque l’on chavire et l’on se retrouve dans l’eau, est de se mettre sur le dos et de se laisser dériver vers la berge. Même un bon nageur ne peut lutter contre le courant et finira par s’épuiser vainement. Si une personne se retrouve en difficulté, il faut qu’elle agite les bras et appelle à l’aide.

Au niveau de la Jonction, lorsque le Rhône rencontre l’Arve, un autre danger guette les baigneurs. La rivière venant de la Haute-Savoie est plus fraîche que le fleuve. La différence de température peut provoquer un choc thermique, avertit M. Guillaume-Gentil.

La police de la navigation dispose d’un bateau amarré à la Jonction et fait de la prévention. Elle met notamment en garde les personnes sur les risques que comportent certaines piles de pont. Des branchages s’y accrochent parfois et peuvent facilement crever une embarcation gonflable. Le mieux est de porter un gilet de sauvetage.

(ATS/NXP)

Votre opinion