Canton de Zoug - Gare aux escroqueries dans le domaine des cryptomonnaies

Publié

Canton de ZougGare aux escroqueries dans le domaine des cryptomonnaies

La police zougoise appelle la population à la prudence dans leurs investissements dans les cryptomonnaies après de grosses escroqueries dont ont été victimes des entreprises et des particuliers.

Les cryptomonnaies, comme le bitcoin, constituent un marché prometteur pour de nombreux investisseurs.

Les cryptomonnaies, comme le bitcoin, constituent un marché prometteur pour de nombreux investisseurs.

AFP

Les exploits de ceux qui ont réussi à engranger de juteux bénéfices grâce aux cryptomonnaies poussent de nombreux Suisses à investir dans ce domaine. Hic: il n’y a pas que la population honnête qui se montre active dans ce secteur. Les escrocs ont flairé eux aussi le bon filon et tentent toujours plus de pousser particuliers et entreprises à investir. Au point que la police zougoise lance un appel à la prudence jeudi dans un communiqué après des arnaques récentes.

En effet, la police traite actuellement plusieurs cas dans lesquels des personnes privées ont échangé une partie de leur argent en cryptomonnaies et ont ensuite transférées celles-ci à des fraudeurs en croyant les investir sur des plateformes réputées. Le montant des pertes s’élève déjà à plusieurs centaines de milliers de francs. Un inconnu a même réussi à escroquer quelqu’un de près de 500’000 francs.

Fraude de type «PDG»

Dans un autre cas, une entreprise a elle aussi été victime de fraudeurs de type «PDG», raconte la police. Un escroc s’est fait passer pour le PDG d’une entreprise via la messagerie «Telegram» et a demandé à un employé de lui fournir des cryptomonnaies pour un montant de 200’000 francs. Ce dernier a obtempéré, croyant obéir à un ordre du «patron». Ce n’est qu’une fois l’investissement effectué que l’employé a remarqué que le nom d’utilisateur et l’adresse électronique avaient été falsifiés.

La police zougoise demande donc aux gens d’être prudents lors d’investissements en cryptomonnaies. Elle recommande de prendre le temps d’obtenir des conseils auprès de banques, de plateformes réputées et établies ou encore d’investisseurs expérimentés. Et avant d’investir, de lire attentivement les conditions générales de la plateforme de négociation.

La police demande aussi aux entreprises de sensibiliser les employés aux risques d’escroquerie. Surtout, elle recommande aux dirigeants de vérifier les demandes de paiement et les instructions les accompagnant et d’utiliser un 2e canal de communication de vérification. Le moyen le plus sûr restant un bon vieil appel téléphonique à la personne ayant fait une demande «suspecte».

(cht/comm)

Ton opinion