Suisse - Gare aux faux policiers qui escroquent par téléphone
Publié

SuisseGare aux faux policiers qui escroquent par téléphone

Depuis quelques semaines, plusieurs cantons suisses sont confrontés à une vague d'arnaques téléphoniques visant à intimider et à escroquer des personnes âgées. La police met en garde.

VQH

Depuis quelques semaines, plusieurs cantons suisses sont confrontés à une vague d'arnaques téléphoniques visant à intimider et à escroquer des personnes âgées. De prétendus policiers tentent de soutirer de l'argent à des victimes qui, elles, ne se doutent pas de la supercherie, alertent vendredi plusieurs polices cantonales dans un communiqué.

Des milliers de francs en jeu

Le mode opératoire est pratiquement toujours le même. Au bout du fil, les escrocs qui se font passer pour des représentants des forces de l’ordre demandent à leurs victimes de rester en ligne. Ils expliquent alors qu'un membre de leur famille est impliqué dans un accident de la route et qu'il est actuellement en détention ou à l'hôpital. Les escrocs prétendent ensuite que ce proche doit débourser une certaine somme, soit pour couvrir les frais de son hospitalisation, soit pour verser une caution en vue de sa libération.

Si dans certains cas, on en reste au stade de la tentative, dans d’autres, le stratagème s’avère fructueux. Il s'agit souvent de plusieurs dizaines de milliers de francs suisses par appel, précise la police fribourgeoise. Jusqu'à présent, la plupart des cas recensés concernent la Romandie et la Suisse orientale.

Quelques conseils

  • N’entrez jamais en matière si on vous réclame de l’argent par téléphone

  • Si quelqu'un vous met sous pression, raccrochez immédiatement

  • Ne remettez jamais d'objets de valeur ou de l’argent à des personnes inconnues

  • Prenez au sérieux les avertissements des employés de banque

  • Signalez immédiatement toute situation suspecte à la police au 117

Gare aux numéros étrangers

En décembre dernier, de nombreux appels indésirables provenant de numéros étrangers étaient signalés en Suisse. La police cantonale zurichoise recommandait de ne pas rappeler ces numéros, car ceux-ci pourraient être payants. Les rappels peuvent en effet être facturés à hauteur de 20 francs, voire plus.

Expert en sécurité informatique, Thomas Dübendorfer rappelait alors que les numéros suspects peuvent être signalés au Centre national de cybersécurité (NCSC).

(comm/lvb)

Votre opinion

3 commentaires