Publié

Hockey sur glace«Gary Sheehan est toujours l'homme de la situation»

Président du HC La Chaux-de-Fonds, Marius Meijer ne s'affole pas, malgré les sept défaites des Neuchâtelois en neuf matches. Il ne s'appelle pas Christian Constantin…

par
Christian Maillard
Gary Sheehan «fait du très bon boulot», estime le président.

Gary Sheehan «fait du très bon boulot», estime le président.

Keystone

Deux victoires en neuf matches: battu encore samedi passé aux Mélèzes contre Grasshopper, le HC La Chaux-de-Fonds traverse en ce mois de décembre une surprenante période «défaites». De quoi inquiéter le président du HCC? Que nenni. Alors que Red Ice Martigny est en visite, ce vendredi soir, dans les Montagnes neuchâteloises, Marius Meijer reste serein.

Marius Meijer, y a-t-il péril en la demeure à La Chaux-de-Fonds?

On n'aime jamais perdre autant de matches, c'est certain. Mais parler de péril en la demeure, c'est exagéré. Il ne faut pas oublier que nous avons eu aussi une très belle série avec sept victoires d'affilée où cela se déroulait très bien. Maintenant, décembre a été un très mauvais mois pour nous. J'espère que la roue va tourner. Mais le potentiel, on l'a. Moi je reste confiant.

Comment avez-vous vécu cette période «défaites»?

Quand on a l'habitude de gagner, l'appétit vient en mangeant. Alors quand on perd un match, c'est embêtant, deux, très embêtant. Et quand ça se suit, c'est un peu stressant. Mais dans l'ensemble, si on regarde de plus près les parties que nous avons perdues, il n'y a pas eu de revers cinglants. Mis à part notre rencontre face à Bâle (3-4), l'équipe a toujours joué. Mais quand ça ne rentre pas d'un côté mais de l'autre, ça devient difficile.

Gary Sheehan, votre entraîneur, est-il toujours l'homme de la situation?

Pour moi, oui. On a eu des discussions, on en a régulièrement. On s'entend très bien, on se comprend. C'est un homme sérieux, qui a le potentiel, qui est à mon avis foncièrement sincère. Depuis six ans, il fait du très bon boulot chez nous. J'ai aussi parlé avec des joueurs. La roue va tourner.

Vous ne vous appelez pas Christian Constantin...

Depuis 14-15 ans que je milite au HCC, j'ai vécu presque deux faillites et je peux dire que depuis qu'on a redressé la barre en mai 2006 on se trouve dans un contexte tout a fait positif. Le club se trouve dans les chiffres noirs. Notre patinoire se développe gentiment, il y a un business loge, un bar, des places assises supplémentaires et une nouvelle horloge. Il ne manque que des résultats, mais je me répète, la roue va tourner, j'en suis convaincu.

Vous n'avez pas répondu à notre question. Si vous étiez Christian Constantin, Gary Sheehan ne serait plus entraîneur du HCC, non?

Cela me fait toujours rire ces changements d'entraîneur. Peut-être que Christian Constantin a les moyens de le faire, avec plus ou moins de bonheur et c'est son droit. Mais qu'est-ce qu'il a eu de plus avec cette valse des entraîneurs? A-t-il été champion de Suisse une fois? A-t-il été champion de Suisse avec tous ces licenciements d'entraîneurs? Et puis j'ai de la peine à croire que des joueurs puissent jouer contre un entraîneur. Il a plus intérêt à se mettre en vitrine plutôt que de marquer des auto goals, non? Chez nous, à La Chaux-de-Fonds, les joueurs se sont battus malgré ces défaites, c'est ce que j'ai observé. Cela s'est juste retourné contre nous. Mais je demeure confiant en cette équipe et reste persuadé qu'on va remonter la pente ensemble. Les cadavres on ne les compte qu'à la fin de la guerre. Je me souviens qu'une saison nous avions été premiers avec onze points d'avance avant de terminer 2e ou 3e. Une fois, on avait dominé le tour préliminaire avant de se faire éliminer en demi-finale. Et je rappelle qu'il y a deux ans, Viège n'était que 8e lorsqu'il est devenu champion de Suisse de LNB. C'est le sport, raison pour laquelle je ne me fais donc aucun souci pour le HCC.

Ton opinion