Hockey sur glace – Gary Sheehan: «Mentalement, c’est dur pour les joueurs»
Publié

Hockey sur glaceGary Sheehan: «Mentalement, c’est dur pour les joueurs»

L’entraîneur du HC Ajoie, qui a connu mardi à Lausanne sa cinquième défaite consécutive, veut garder le moral et l’espoir de jours meilleurs. Mais ça n’est pas simple.

par
Simon Meier
Gary Sheehan peut se regarder dans la glace, mais la courbe des résultats ne va pas dans le bon sens pour le HC Ajoie.

Gary Sheehan peut se regarder dans la glace, mais la courbe des résultats ne va pas dans le bon sens pour le HC Ajoie.

Martin Meienberger/freshfocus

Cinquième défaite de rang pour le HC Ajoie, mardi soir à la Vaudoise aréna (2-0 face au LHC). Vingt-neuf buts encaissés au total, huit marqués. La lanterne rouge de National League devient écarlate (neuf points de retard sur Langnau) et, malgré les signaux de vaillance entrevus, ça commence à peser sous les casques jurassiens.

«Mentalement, c’est dur pour plusieurs joueurs, confessait l’entraîneur Gary Sheehan à l’issue de la rencontre. Des fois, il faut leur appuyer sur la tête pour les réveiller – tu ne peux pas dire «c’est bon, continue comme ça» quand tu perds tes matches. Mais d’autres fois, et c’est le cas en ce moment, il faut plutôt les remonter. Le placement, les revirements, les duels perdus, les passes impossibles… Quand tu fais toujours les mêmes erreurs, ça finit par te tuer, quoi. Ce soir (ndlr: mardi), je n’étais pas content après 40 minutes, dans le comportement de jeu. C’est dingue, j’avais l’impression qu’il nous fallait acheter un but.»

Regrets et frustration

Pour la sixième fois en 28 sorties, Ajoie n’a pas fait trembler le filet adverse. Même durant 3 minutes 13 à cinq contre trois en fin de premier et en début de deuxième tiers, ce fut stérile. Quant à l’avalanche d’occasions qui aurait pu relancer les débats en fin de rencontre, face à un LHC encore fébrile, elle n’a laissé que des regrets aux Jurassiens. «C’est frustrant, reprend Gary Sheehan. Quand tu perds 8 à 1, c’est clair. Mais 2-0, en étant un peu plus stable et régulier, en marquant au moins une fois en supériorité numérique, tu sens qu’il y avait de la place.»

Ajoie continue à tenter de faire la sienne. Mais parmi l’élite, les défauts se paient cher. Le technicien évoque pêle-mêle «un manque d’efficacité énorme», «un manque d’expérience et de profondeur», «un déficit de vitesse d’exécution», «du mal dans les duels». «Et puis il y a la confiance, ajoute le technicien. Quand tu perds, tu es un peu sur les talons, tu y vas à la retirette et il te manque des fractions de seconde. C’est un dur apprentissage.»

«Mon moral? Ça va, j’essaie.»

Gary Sheehan, entraîneur du HC Ajoie

Le temps file, les matches défilent et les revers aussi. «Mon moral? Ça va, j’essaie, sourit Gary Sheehan. Il faut s’accrocher, gagner en qualité et en persévérance. Il faut montrer du caractère et prendre ses responsabilités. Si c’est trop pour untel, il faudra peut-être faire des choix et laisser la place à un autre – mais on n’a pas beaucoup de marge de manœuvre. C’est dur à dire, parce que les résultats ne suivent pas, mais je suis persuadé que nous ferons une meilleure deuxième partie de saison.»

Le Canadien compte sur les retours en forme progressifs de Sebastian nnström et Guillaume Asselin – Ajoie a disputé son premier match à quatre étrangers mardi – pour apporter un vent de fraîcheur, un surplus de talent. «J’espère qu’on trouvera un deuxième élan, avance Sheehan. Et peut-être que vers la fin, quand telle équipe aura huit points d’avance sur la 5e ou 6e place, il y aura un léger laisser-aller chez nos adversaires…» En attendant, la pente est raide et les temps sont rudes pour le HC Ajoie en National League.

Votre opinion